mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

French Blue devient French Bee

Publié le

Publié le 28/01/2018 à 23:06 - Mise à jour le 28/01/2018 à 23:06
Lecture 2 minutes

C’est par un communiqué de presse envoyé depuis Paris mardi matin que la compagnie du groupe Dubreuil a officialisé son changement de nom. Le communiqué revient sur le conflit naissant avec Jet Blue. « French blue s’est heurtée aux objections d’un opérateur américain, lequel se prévaut de l’antériorité de sa marque pour revendiquer un monopole sur le terme blue ».

« Si la posture et les revendications sont contestables, poursuit le communiqué, le groupe Dubreuil a néanmoins estimé qu’il n’avait pas le temps d’entrer dans de longs échanges juridiques avec la compagnie américaine. Pour mener à bien ses projets de développement, dans le timing déjà établi, French Blue fait donc évoluer son nom, sans changer les fondamentaux qui lui ont permis d’entrer avec succès sur le marché réunionnais ».

«Après plus d’un an d’exploitation, et un lancement particulièrement réussi à La Réunion, déclare Marc Rochet, président de la compagnie, French Blue reste animée par son esprit entrepreneurial. Avec l’accord obtenu la semaine dernière auprès du DOT (US Department of transportation,ndlr) notre nouvelle marque, French Bee, part désormais à la conquête de nouveaux territoires de manière rapide et en toute sérénité. Toute notre communication et image seront adaptées très vite en conséquence. »

Pour Sophie Hocquez, directrice Commerciale de French Bee, le mot bee, abeille en anglais, symbolise « la cohésion d’équipe qui anime la compagnie » et « la sonorité simple et accessible du nom est également un atout de mémorisation sur nos nouveaux marchés. »

Pour l’instant le site Internet et les différents points de vente de la compagnie sont encore sous l’ancien nom mais le changement « sera fait dans les prochaines semaines » promet la compagnie.

Les premières rotations au départ de Paris-Orly Sud vers San Francisco et Tahiti seront effectuées dès le 11 mai 2018. French Bee proposera deux vols aller-retour hebdomadaires tout au long de l’année et une troisième rotation en haute saison. 

B.P.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un arbre planté pour chaque enfant né : l’ambition d’une...

Un bout de terre pour faire pousser des arbres et perpétuer la tradition du "pū fenua". À Paea, l’association "Un enfant un arbre un corail" souhaite offrir un arbre aux parents de nouveaux-nés. Depuis un peu plus d’un an, les plants grandissent et l’objectif est d’augmenter la production.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV