mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Emmanuel Macron favorable à des améliorations dans le traitement des dossiers des malades du nucléaires

Publié le

Publié le 05/11/2017 à 9:23 - Mise à jour le 05/11/2017 à 9:23
Lecture 3 minutes

 » La prise de contact avec le président de la République a été positive et les discussions très ouvertes « , a déclaré Edouard Fritch au sortir du Palais de l’Elysée. Il s’agissait notamment pour le président du Pays de sensibiliser Emmanuel Macron à divers dossiers actuellement en cours :  » Je pense à la mise en place des engagements déjà pris par l’Etat dans le cadre des accords de l’Elysée. Et je dois dire qu’il a été très sensible aux différents sujets « , a indiqué le président Fritch.

Les deux hommes ont évoqué la tenue de la COP 23 à Bonn du 6 au 17 novembre et les problématiques liées au changement climatique qui concernent les pays océaniens. Le président Fritch a proposé au président Emmanuel Macron de rencontrer avec lui certains membres du Forum des îles du Pacifique qui se rendront en Allemagne et qui souhaitent savoir quelle suite est donnée à la COP 21 :  » Le président de la République l’a accepté et devrait accueillir les chefs d’Etats du Pacifique sud début décembre « .
 
En ce qui concerne le Fonds vert, le président Macron a confirmé que l’Etat allait tout faire, suite aux engagements pris lors de la COP 21, pour que des crédits soient mis en place pour intervenir dans le cadre du réchauffement planétaire.
 
Le président Fritch a aussi évoqué le dossier nucléaire. Sur l’indemnisation des victimes, le Président Emmanuel Macron partage également le sentiment que le très faible nombre de victimes indemnisées est anormal et que des améliorations dans le traitement des dossiers sont nécessaires.
 
Le président Macron s’est déclaré favorable à ce que les parlementaires polynésiens soient présents dans la Commission parlementaire de suivi de l’indemnisation des victimes. Et, enfin, il a trouvé équitable que la participation de l’Etat dans le projet de Centre de mémoire sur le nucléaire se traduise par le transfert de la propriété du Comar (commandant de la Marine) au Pays, qui se chargera, quant à lui, des aménagements du site.

Le président de la Polynésie française a convenu que le Fonds vert tel qu’il est aujourd’hui  » ne semble plus adapté « . L’Etat songe à intervenir au niveau européen, ce qui augure de crédits plus importants. Une perspective intéressante pour le gouvernement de la Polynésie française car  » nous avons un gros programme de construction d’abris de survie sur les Tuamotu, vingt-sept en projets à ce jour. Et nous solliciterons l’intervention du Fonds vert « , a souligné Edouard Fritch.
 
Quant à l’Accord de l’Elysée, il sera respecté :  » Il nous l’a confirmé, comme il s’y était engagé lors des élections présidentielles, il mettra en œuvre toutes les déclinaisons de cet accord. C’est ce qui est important « , s’est réjoui le président du Pays.

Aux yeux du président Edouard Fritch il était important de savoir si le président de la République s’inscrivait toujours dans  » le même esprit, la même philosophie quant au Contrat de projets, à l’Accord de l’Elysée et au réchauffement planétaire. Et il a été clair, il n’y a pas de remise en cause de la politique développée lors de sa campagne électorale « .  » Nous avons rencontré un président de la République qui se met à la hauteur des élus qu’il reçoit et c’est extraordinaire pour nous « , a conclu le président de la Polynésie française.

Au terme de l’entretien le président Emmanuel Macron s’est dit prêt à se rendre en Polynésie française. Une visite qui pourrait intervenir lors du second semestre 2018.

Samedi, le président Edouard Fritch sera au Vatican et échangera avec le Pape François. Le réchauffement climatique et ses conséquences seront au cœur de leurs discussions.
 

Rédaction web avec communiqué
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV