jeudi 6 octobre 2022
A VOIR

|

Des goûters sains pour les élèves de l’école Charles Vienot

Publié le

Des goûters plus sains pour ses élèves : c’est ce que s’efforce de proposer l’école Charles Vienot, à Papeete. Depuis la rentrée, on y prépare des coupelles de fruits frais vendues à la récréation. Une démarche pour valoriser la nature, les circuits courts et limiter les déchets plastiques.

Publié le 11/09/2022 à 13:55 - Mise à jour le 21/09/2022 à 10:46
Lecture 2 minutes

Des goûters plus sains pour ses élèves : c’est ce que s’efforce de proposer l’école Charles Vienot, à Papeete. Depuis la rentrée, on y prépare des coupelles de fruits frais vendues à la récréation. Une démarche pour valoriser la nature, les circuits courts et limiter les déchets plastiques.

Des fruits frais, de toutes les couleurs, et faciles à manger. C’est le pari que fait l’école Charles Vienot pour remplir les estomacs vides durant les récréations. Préparés directement par les taties dans le snack de l’établissement, ces en-cas sont placés au frais en attendant d’être dégustés.  

“On est partis d’un constat simple : notre société est malade, assène Teiki Dubois, directeur de l’école Charles Vienot. On a une protection sociale généralisée qui vit sous perfusion, et on a besoin de changer de paradigme. Nous, on a voulu être acteurs de ce changement, donc on a proposé d’intervenir sur l’éducation alimentaire des enfants”.

Sont proposés aux enfants une variété de fruits pleins de couleurs, de vitamines, de fibres et d’antioxydants. L’objectif derrière est justement de lutter contre l’obésité, contre le diabète et les maladies cardio-vasculaires.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Quand la sonnerie retentit, le snack est rapidement pris d’assaut. Si les enfants se laissent parfois tenter par les produits laitiers ou les goûters industriels, les coupelles de fruits ne restent pas longtemps sur le présentoir. Une vraie réussite selon Teiki : “On n’a pas que des fruits, on a aussi d’autres produits. Sur tous les autres produits, on effectue un contrôle des calories, pour être sûrs de proposer quelque chose qui réponde à leur besoin et non pas à leur désir. Contre toute attente, ce sont les fruits qui partent en premier. Je pense que les parents soutiennent aussi ce projet, et ont sans doute un discours incitatif”.

Les contenants sont des ramequins, qui sont ensuite récupérés. Tous les enfants savent où déposer leur ramequin, qui une fois lavé, est prêt à être réutilisé. Les taties assemblent le produit pour qu’il n’y ait plus qu’une chose à faire : déguster. L’école fait le choix des ramequins de manière à ne pas participer à la production de déchets en plastique.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Une initiative qui est devenu un projet d’équipe : le corps enseignant en a vite mesuré les multiples avantages. C’est le cas de Marion Caron, enseignante en CM2 : “J’ai des enfants qui ne mangent pas le matin. Avoir des fruits leur permet d’être boostés, d’avoir de l’énergie. Avec les minéraux et les vitamines dans les fruits, ça participe vraiment à avoir un élève qui est réveillé et qui est au top”.

Le produit de la vente de ces goûters permet de financer les projets de l’école. L’établissement espère contribuer à encourager les producteurs locaux.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

infos coronavirus