mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Crash d’Air Moorea : 2018, 11 ans après le drame, l’année du procès

Publié le

Publié le 08/08/2018 à 12:22 - Mise à jour le 08/08/2018 à 12:22
Lecture < 1 min.

Il y a 11 ans, le 9 août 2007, la Polynésie française vivait la plus terrible catastrophe aérienne de son histoire. Un Twin Otter de la compagnie Air Moorea s’écrasait au large de l’île de Moorea provoquant la mort de vingt personnes.    

>>> Lire aussi : Crash d’Air Moorea : un procès en 2018

2018 est l’année du procès tant attendu de ce drame. Un procès pour homicide involontaire. Trois semaines d’audience sont prévues du 8 au 26 octobre, et plus de 1 500 pièces sont versées au dossier.  

L’ancien directeur général d’Air Moorea Freddy Chanseau, son directeur technique Jacques Gobin, le responsable de production de la compagnie Jean-Pierre Tinomano, le responsable du bureau d’étude et de documentation de la compagnie Stéphane Loisel, le contrôleur de production et contrôleur qualité de la compagnie Didier Quemeneur, l’ancien directeur du service d’Etat de l’aviation civile (SEAC) Guy Yeung et l’ancien chef du Groupement pour la sécurité de l’aviation civile Andriamanonjisoa Ratzimbasafy seront sur le banc des prévenus. 
   
Au coeur du débat : l’usure du câble de gouverne de profondeur, non détectée par les services d’entretien d’Air Moorea. C’est la rupture de ce câble qui serait à l’origine de l’accident.

> Un hommage

Comme tous les ans, des hommages sont rendus aux victimes du crash. Une messe a été célébrée ce jeudi matin à la stèle commémorative à Moorea, à l’initiative de la commune. Ce jeudi soir, les familles se réuniront aussi à Tahiti. 
 

Rédaction web 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le « avaro », le gâteau au coco du dimanche à...

Direction l'archipel des Tuamotu, à Anaa, afin de découvrir les secrets de préparation du gâteau au coco très prisé des habitants, le "avaro". Ce mets local est dégusté tous les dimanches après le culte.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV