jeudi 16 septembre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : le désarroi des pensions de famille à Makemo

Publié le

Présent dans les îles, le variant Delta se propage à une vitesse inouïe. L'atoll de Makemo est passé de 4 cas positifs à une trentaine en l’espace d’une semaine. Le tavana envisage la fermeture de l’aérogare. Une catastrophe pour les pensions de famille à l’image de la pension Arikinui.

Publié le 16/08/2021 à 16:59 - Mise à jour le 17/08/2021 à 10:15
Lecture < 1 min.

Présent dans les îles, le variant Delta se propage à une vitesse inouïe. L'atoll de Makemo est passé de 4 cas positifs à une trentaine en l’espace d’une semaine. Le tavana envisage la fermeture de l’aérogare. Une catastrophe pour les pensions de famille à l’image de la pension Arikinui.

Situé à l’opposée du village de Makemo, c’est sur un terrain d’une superficie de 11 hectares qu’est implantée la seule pension de famille de l’atoll. Doté de 9 structures d’accueil dans un cadre idyllique, le fare Arikinui qui s’était refait une santé durant la période d’accalmie est freiné net dans sa lancée. “Il y a eu du passage quand même. C’étaient principalement des clients locaux. Et là, c’est plutôt calme. Les clients reviennent au mois de septembre, mais on a beaucoup d’annulations” explique Krystal Kedemos, co-gérante de la pension Arikinui de Makemo.

À 13 000 Fcfp la nuit et dépourvue de réseau internet, la pension s’est forgée une bonne réputation pour ceux qui veulent se couper du monde, en 27 ans d’existence. Elle a d’ailleurs accueilli récemment une délégation de l’association Physigma-sinitong en juillet dernier.

C’est en février que Krystal a repris les rênes de l’entreprise familiale de ses grands-parents. Elle et son unique employée espèrent pouvoir recevoir à nouveau les touristes…

infos coronavirus