jeudi 9 décembre 2021
A VOIR

|

Cimetière : Faa’a lance un appel aux administrés disposant de concessions

Publié le

La capacité du cimetière de Faa'a tend à atteindre ses limites. Un problème d’autant plus grand que la mairie ne connait pas l’identité de plusieurs centaines de défunts et cherche donc à actualiser ses données. Elle invite les administrés disposant de concessions à se manifester.

Publié le 26/04/2021 à 16:53 - Mise à jour le 26/04/2021 à 16:56
Lecture 2 minutes

La capacité du cimetière de Faa'a tend à atteindre ses limites. Un problème d’autant plus grand que la mairie ne connait pas l’identité de plusieurs centaines de défunts et cherche donc à actualiser ses données. Elle invite les administrés disposant de concessions à se manifester.

Le cimetière Te E’a Nui de Faa’a accueille aujourd’hui 2315 concessions exactement. Et les places commencent à manquer. Il n’en reste désormais que 57 de disponibles alors que sur la commune vivent pas moins de 30 000 habitants. “C’est très peu sachant que j’ai besoin tous les ans de 110 emplacements nouveaux et il va falloir qu’on apprenne à gérer nos morts et à utiliser déjà les espaces occupés pour pouvoir faire tourner. Ce n’est peut-être pas dans les moeurs mais c’est une nouvelle chose qu’il va falloir apprendre”, estime Vatea Heller, responsable du service cimetière de la commune

Mais pour y parvenir, les services de la mairie doivent recenser les familles disposant de concessions. Ce qui n’est pas aisé. Environ 1000 tombes ne portent aucune inscription et elles sont parfois abandonnées depuis de longues années. “Depuis 1974, des personnes ont été enterrées. Les familles ne viennent plus voir leurs défunts donc ce recensement va nous permettre de remettre les choses en place. Peut-être que des familles vont venir récupérer leurs défunts pour les emmener dans leurs communes où ils habitent aujourd’hui et ça va nous libérer de l’espace. L’objectif c’est de libérer de l’espace pour gérer nos emplacements.”

Des procédures existent en effet pour permettre d’accroitre la capacité d’accueil. “Au bout de 5 ans d’enterrement, il y a la possibilité avec des prestataires funéraires, de réduire les corps, de diminuer l’espace occupé et de libérer un espace. Ça nous évitera de racheter des terrains et d’occuper plus d’espace pour nous défunt tout en traitant dignement nos défunts.”

Les administrés disposant de concession sont donc invités à se manifester auprès du service cimetière de la commune. Et avec leurs quittances. Car la mairie leur a rappelé que les concessions étaient des locations, ce que nombre d’entre-eux découvrent avec surprise. “Je croyais qu’on avait acheté, qu’on était propriétaires”, s’étonne un homme. “C’est embêtant de payer encore”, regrette un autre.

La direction du cimetière assure que la question financière importe peu. Pour elle, la collecte de ces données est devenue indispensable pour une meilleure gestion du site.

infos coronavirus