Audience solennelle au Palais de justice : une rentrée judiciaire dans une ambiance tendue

Publié le

L’audience solennelle de rentrée au Palais de justice de Papeete s’est déroulée, ce vendredi matin. Un rendez-vous qui a été boudé par certains magistrats du siège pour dénoncer des dysfonctionnements au sein de la juridiction où les relations sont tendues depuis plusieurs mois.

Publié le 28/01/2023 à 6:56 - Mise à jour le 28/01/2023 à 7:03

L’audience solennelle de rentrée au Palais de justice de Papeete s’est déroulée, ce vendredi matin. Un rendez-vous qui a été boudé par certains magistrats du siège pour dénoncer des dysfonctionnements au sein de la juridiction où les relations sont tendues depuis plusieurs mois.

Impossible pour les journalistes de ne pas remarquer les sièges vides lors de l’audience solennelle de rentrée au Palais de justice. Neuf magistrats étaient absents, certains pour motif médical, mais d’autres pour répondre à l’appel de l’Union Syndicale des Magistrats (USM). L’organisation avait appelé ses membres à ne pas siéger pour dénoncer ce qu’elle considère comme des dysfonctionnements au sein de la juridiction.

Au début du mois, le quotidien Le Monde avait révélé une ambiance délétère au tribunal de Papeete. Des relations exécrables qui ont conduit la Chancellerie à diligenter trois missions successives d’inspection » en moins de deux ans en Polynésie, « un record », selon le grand quotidien du soir.

Vendredi, à l’issue de l’audience solennelle, le premier président de la Cour d’appel de Papeete, Thierry Polle, a plaidé pour l’apaisement : « la situation de nos juridictions n’est pas différente d’autres communautés de travail. Nous nous efforçons de résoudre les difficultés du mieux que l’on peut. S’agissant de problèmes humains, ce n’est jamais facile. En tous les cas, je peux vous dire que, moi, premier président, je m’y emploie au mieux, pour soutenir tout le monde et essayer de ramener une meilleure ambiance. Mais ce que je veux dire, c’est que le tribunal et la Cour fonctionnent normalement. Il n’y a aucune perturbation du service. Chacun réagit en professionnel ».

– PUBLICITE –

Côté bilan : pour l’année écoulée, la présidente du tribunal de première instance avait demandé quatre postes de magistrat supplémentaires, soit un troisième juge des enfants, un quatrième juge de l’application des peines, un deuxième juge pour la section détachée de Raiatea, et un juge pour la future section détachée des Tuamotu-Gambier et Australes. En plus de ne pas avoir obtenu satisfaction, le tribunal de Papeete a vu le départ de trois juges, dont deux départs à la retraite. Comble de malchance, ils ne seront pas remplacés rapidement.

Ice, délinquance routière et violences intrafamiliales

Le travail doit malgré tout se poursuivre. Parmi les nouveautés cette année : la future section détachée aux Tuamotu-Gambier et Australes, pour plus de proximité avec les justiciables, et l’Unité de protection de l’enfance en danger qui sera créée avec le concours du Pays et de l’Etat. Ce qui n’est pas nouveau, en revanche, ce sont les axes prioritaires que s’est fixé le parquet pour l’année à venir.

« Le trafic d’ice, la délinquance routière, les violences intrafamiliales avec, un dénominateur commun : la prise de stupéfiants, souvent, et la prise de boissons alcoolisées », a souligné Hervé Leroy, le procureur de la République.

Parmi les sujets d’actualité, le procureur général est revenu longuement sur les difficultés que rencontre le registre du commerce. Il a rappelé qu’un appel à l’aide avait déjà été lancé. « Régulièrement, nous demandons du renfort, notamment auprès de notre centrale. Et nous espérons être entendus. Monsieur le président et monsieur le haut-commissaire, nous comptons sur votre bienveillante attention sur ce problème car je comprends parfaitement les difficultés que rencontrent les entreprises », a déclaré Thomas Pison lors de son allocution.

Dernières news