dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

Arutua : le thonier échoué en mars est toujours sur le récif

Publié le

Cela fait 5 mois que le Shen Gang Shun 1, un thonier, s'est échoué à Arutua. Mais depuis, la situation n'a pas beaucoup évoluée sur l'atoll des Tuamotu...

Publié le 08/07/2020 à 12:31 - Mise à jour le 08/07/2020 à 15:09
Lecture 2 minutes

Cela fait 5 mois que le Shen Gang Shun 1, un thonier, s'est échoué à Arutua. Mais depuis, la situation n'a pas beaucoup évoluée sur l'atoll des Tuamotu...

Fin avril, le Tribunal administratif avait condamné le propriétaire du Shen Gang Shun 1, échoué le 21 mars, à agir pour retirer l’épave du récif dans un délai de quinze jours, au-delà duquel une seconde astreinte de 500 000 Fcfp par jour viendrait s’ajouter à la précédente. « Toutes les mesures nécessaires ont été prises dans les délais de l’ordonnance, assure l’avocate de l’armateur Me Anne Laure Michel. Dès le 7 mai, la société TNT Boyer était sur place pour procéder aux opérations de retirement. »

En mai, le gouvernement avait communiqué sur une opération de dépollution du navire.

Mais à ce jour, la situation n’a pas vraiment évolué sur l’atoll. Et le maire, comme sa population, s’impatientent : « Le bateau est toujours sur le récif. Ça a bougé avec la houle qu’il y a eu dernièrement. Le bateau s’est reculé un peu dans l’océan. J’ai prévenu l’assurance, les responsables et jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas de nouvelle. (…) Samedi dernier, je suis passé pour voir quand c’était calme, pour prendre des photos et j’ai vu des traces de carburant et il y a une odeur pas possible. Du coup j’ai décidé de prendre un arrêté pour interdire aux bateaux de passer dans cette zone-là. » Une odeur due aux poissons qui n’ont pas été évacués de la cale du bateau.

Reupena Samuel Taputuarai se dit inquiet : « cela fait presque 5 mois et le bateau n’est toujours pas retiré du récif (…) Je me sens un peu délaissé. J’appelle l’avocate. Elle m’a appelé avant hier pour me proposer un plan d’action. Je ne suis pas du tout d’accord. J’attends qu’elle m’envoie le plan pour retirer le poisson de la cale. Ils voulaient le faire par le lagon et moi je ne suis pas du tout d’accord. (…) Je ne veux pas que les déchets viennent polluer. Je préfère qu’ils fassent par l’océan. »

« Pour le poisson, ils n’ont pas eu de chance, ils n’ont pas réussi à retirer le poisson parce qu’ils ont voulu le retirer par le large, et ça n’a pas été possible. C’est pourquoi maintenant, ils ont établi un deuxième plan et ils sont en partance. ils ont établi un deuxième plan pour retirer le poisson sur une barge qui est dans le lagon parce qu’avec la houle qu’on a actuellement, le retrait des poissons côté large est très difficile », explique l’avocate de l’armateur. « Ce sont des avis d’experts », souligne-t-elle. Le plan a été finalisé avec l’entreprise Boyer.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Initié à Raiatea il y a 2 ans, le programme "Faito tano" rassemble aujourd’hui près d’une centaine de familles des îles Sous-le-Vent. L’objectif de ce projet est de lutter contre le surpoids et l’obésité dès le plus jeune âge. Un travail d’accompagnement mené en collaboration avec plusieurs partenaires et soutenu par le ministère de la Santé et la CPS.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV