mercredi 4 août 2021
A VOIR

|

Reko Tika : Des retombées concrètes encore trop floues

Publié le

Une partie de la délégation Reko Tika a organisé ce matin dans les salons de la Présidence, une conférence de presse pour faire un premier bilan de la table ronde sur le nucléaire, qui s’est tenue les 1er et 2 juillet à Paris. Si les protagonistes ont qualifié cette mission de « belle avancée », ils n’avaient toutefois aucunes nouvelles annonces à faire sur les différents dossiers évoqués lors de cette table ronde.

Publié le 07/07/2021 à 17:00 - Mise à jour le 10/07/2021 à 12:58
Lecture 2 minutes

Une partie de la délégation Reko Tika a organisé ce matin dans les salons de la Présidence, une conférence de presse pour faire un premier bilan de la table ronde sur le nucléaire, qui s’est tenue les 1er et 2 juillet à Paris. Si les protagonistes ont qualifié cette mission de « belle avancée », ils n’avaient toutefois aucunes nouvelles annonces à faire sur les différents dossiers évoqués lors de cette table ronde.

Ne parlez plus de table ronde de haut-niveau comme initialement évoquée par le Pays, mais utilisez dorénavant le terme de table ronde. Un changement de sémantique revue à la baisse par le gouvernement et qui pourrait donc expliquer le peu d’annonces faites lors de cette première conférence de presse organisée par les membres de la délégation Reko Tika.

Mais pour Joël Allain, le coordonnateur de la délégation, cette mission n’avait pas pour but de concrétiser les attentes des Polynésiens. “On avait pas pour ambition de traiter dans le détail les sujets. On n’avait pas du tout cette ambition-là. Notre ambition était de resensibiliser l’Etat sur l’état d’esprit des Polynésiens sur tous ces thèmes-là”, a-t-il annoncé en conférence de presse.

Des annonces plus claires qui, selon Joël Allain, ne devraient pas venir du Président de la République lors de sa prochaine visite sur le fenua. “Si nous, on n’a pas pu rentrer dans le détail, Emmanuel Macron rentrera encore moins dans le détail. […] Enfin je suppose, c’est pas son rôle de rentrer dans l’arène”, a clarifié Joël Allain.

Des dires qui entrent en conflit avec ce qu’annonçait pourtant le Ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Ce dernier avait assuré devant la presse que le chef de l’Etat apporterait plus de détails concernant le nucléaire, lors de sa venue en Polynésie.

Outre les annonces à minima faites par la délégation sur les dossiers tels que l’ouverture des archives relatives au nucléaire, ou encore la simplification des démarches et indemnisations des victimes, celle attendue par une partie de la population concernait le pardon de l’Etat.

“Le pardon, c’est une chose qui lie deux personnes : le Seigneur Dieu et vous-même. Vous demandez pardon et le Seigneur vous accorde le pardon. Et ma question est : est-ce que ici en Polynésie, on est prêt à accorder notre pardon ? […] Je suis pas sûr de ça. Je suis même sûr du contraire”, s’est avancé Joël Allain.

Pour lui qui qualifie malgré tout ce déplacement de « belle avancée », le coordonnateur souhaite “rendre mon tablier. Je pense que je suis arrivé à la fin de ma mission. J’ai fait en conscience, du mieux possible”, a-t-il indiqué avec une moue dubitative.

Rendez-vous donc à la fin du mois pour savoir si le Président Emmanuel Macron sera en mesure d’apporter des éléments plus concrets sur le devenir des annonces de cette table ronde de haut niveau… ou pas.

infos coronavirus