dimanche 25 septembre 2022
A VOIR

|

Le Tahoera’a Huira’atira devient Amuitahiraa o te nuna’a ma’ohi… mais ne rallie plus de figures politiques

Publié le

Après plusieurs reports, le parti orange tenait son congrès, samedi, au temple protestant de Pirae. Loin des 800 participants annoncés par Gaston Flosse, on comptait 300 à 350 militants sur place. Changement de nom mais pas de couleur pour le parti au fei, qui a désigné une partie de ses candidats aux élections législatives et officialisé son soutien pour les présidentielles. Un constat : Gaston Flosse a fait le vide autour de lui. Ni Teura Iriti, la présidente du groupe à l'Assemblée, ni Geffry Salmon, pas plus que James Heaux, ni Woullingson Raufauore n'étaient présents lors de ce rendez-vous majeur du parti.

Publié le 30/01/2022 à 18:15 - Mise à jour le 31/01/2022 à 11:34
Lecture 3 minutes

Après plusieurs reports, le parti orange tenait son congrès, samedi, au temple protestant de Pirae. Loin des 800 participants annoncés par Gaston Flosse, on comptait 300 à 350 militants sur place. Changement de nom mais pas de couleur pour le parti au fei, qui a désigné une partie de ses candidats aux élections législatives et officialisé son soutien pour les présidentielles. Un constat : Gaston Flosse a fait le vide autour de lui. Ni Teura Iriti, la présidente du groupe à l'Assemblée, ni Geffry Salmon, pas plus que James Heaux, ni Woullingson Raufauore n'étaient présents lors de ce rendez-vous majeur du parti.

Loin des foules que rassemblait, autrefois, le parti orange : moins de 400 personnes ont assisté au 1er congrès du Amuitahira’a i te nuna’a ma’ohi. La formation politique a choisi ses candidats pour les élections législatives qui se tiendront au mois de juin… enfin presque tous. Car après avoir expulsé son poulain dans la troisième circonscription : Tauhiti Nena… le Vieux Lion est en mal de volontaires.

Un casting incomplet pour les législatives

Sur la première circonscription, c’est Pascale Haiti… compagne du président du parti, qui portera la liste, suite à la confirmation de l’inéligibilité de Gaston Flosse.

Christiane Kelley, elle aussi postulante, a été grossièrement évincée. Pour accompagner l’ex ministre Marquisienne : l’élue de Makemo, Lydia Nouveau.

“Ce n’est pas lui qui a proposé ma candidature, ce sont plusieurs personnes!”, lance Pascale Haiti pour justifier ce choix… “il était assez réticent parce-que bien sûr, le problème, c’est que je suis sa compagne. Mais la majorité des gens m’ont apporté leur soutien, notamment Bruno, qui a porté ma candidature”.

“On oublie que Pascale a aussi été ministre, et élue représentante deux fois de suite à l’Assemblée de la Polynésie”, argumente Bruno Sandras. “C’est vrai qu’on la connaît plus en tant que compagne de Gaston Flosse, mais tous les soirs, elle est en réunion, elle écoute tout et a une mémoire phénoménale. C’est en cela que j’ai trouvé sa candidature tout à fait légitime et normale”.

Le choix a été simplifié dans la deuxième circonscription : un seul candidat pour être titulaire, même chose pour le poste de suppléant. Le maire délégué de Vairao Jonathan Tarihaa et Juliette Tahuhuatama sont le binôme orange désigné à l’unanimité par les instances.

Qui pour faire équipe avec Martial Teroroiria dans la troisième circonscription? Le parti cherche toujours, s’est résigné à annoncer le nouveau premier président délégué orange Bruno Sandras.

“Ca fait à peine 10 jours que Tauhiti est parti! Evidemment j’ai de nombreux candidats, mais je prends le temps de bien réfléchir, d’évaluer, et je me déciderai le moment venu, après validation du conseil politique”, explique le président orange.

Une chose est sûre : les figures politiques qui faisaient la force du parti de Gaston Flosse ont presque toutes disparu de la scène… S’il fait mine de ne pas s’en apercevoir, l’ex homme fort de la Polynésie a fait le vide, ou presque, autour de lui.

Sans allié politique fixe sur le plan national : les oranges demeurent “à droite”

Autre temps fort de ce congrès : l’officialisation du soutien à Valérie Pecresse pour les élections présidentielles d’avril prochain.

“Sur la droite, nous avons 4 candidats. Nous avons éliminé Marine Le Pen parce-qu’elle n’a pas été régulière avec nous aux dernières élections législatives. Ensuite, il reste Valérie Pécresse et Eric Zemmour… bon, je crois que le choix est vite fait entre les deux” précise le chef de parti.

Un soutien de dernière minute qui manque d’enthousiasme. Pas de réaction publique de la candidate des Républicains pour le moment.

Quel avenir pour le groupe de Tarahoi?

Une question demeure: qu’adviendra-t-il du groupe Tahoera’a Huira’atira à l’Assemblée de la Polynésie. Le leader orange annonçait, samedi, qu’il changerait lui aussi de nom. Un changement qui pourrait marquer la disparition de la formation dans l’hémicycle. Avec seulement 8 représentants, le groupe compte tout juste le nombre minimum d’inscrits pour se maintenir. Lors du congrès, 3 d’entre eux étaient présents, mais Teura Iriti, la présidente de groupe, Geffry Salmon, ancien bras droit de Gaston Flosse, James Heaux, et Etienne Tehaamoana étaient aux abonnés absents. Le divorce est-il consommé entre le chef de parti et le groupe de Tarahoi? On devrait le savoir dans les heures qui viennent.

infos coronavirus