Hinamoeura Morgant-Cross, nouveau visage de la famille Tavini

Publié le

Hinamoeura Morgant-Cross est l’un des nouveaux visages mis en avant par le Tavini Huiraatira pour les élections territoriales. Fille de l’avocat Stanley Cross et de l’ancienne mairesse de Teva i Uta, Tina Cross, elle s’était fait connaître pour son combat pour la reconnaissance des conséquences des essais nucléaires français dans le Pacifique. Elle-même atteinte d’une leucémie, la jeune mère, candidate du parti bleu, devrait prochainement faire entendre sa voix à Tarahoi.

Publié le 26/04/2023 à 11:36 - Mise à jour le 28/12/2023 à 9:50

Hinamoeura Morgant-Cross est l’un des nouveaux visages mis en avant par le Tavini Huiraatira pour les élections territoriales. Fille de l’avocat Stanley Cross et de l’ancienne mairesse de Teva i Uta, Tina Cross, elle s’était fait connaître pour son combat pour la reconnaissance des conséquences des essais nucléaires français dans le Pacifique. Elle-même atteinte d’une leucémie, la jeune mère, candidate du parti bleu, devrait prochainement faire entendre sa voix à Tarahoi.

Depuis le début de la campagne des Territoriales, Hinamoeura ne se déplace jamais sans son fils cadet Marunui âgé de quelques mois à peine. Ce matin, elle se trouve à la Pointe Tehoro en compagnie des membres du comité Tavini Huiraatira de Teva i Uta qu’elle préside depuis le début de l’année. Sa mère, ancienne édile de la commune, n’est jamais bien loin.

« Les élections législatives nous ont montré que la population veut une nouvelle génération, de nouvelles têtes, de nouvelles compétences et de nouvelles énergies. Donc c’est tout à fait naturel que mon mari et moi, nous la soutenions », explique l’ex-maire.

Hinamoeura d’ailleurs le sait : elle n’aurait pas emprunté cette voie si ses proches n’étaient pas à ses côtés. « C’est essentiel, pour moi, le soutien de la famille », dit-elle. « Je ne me serais jamais lancée en politique sans l’aval de mon mari. C’est mon pilier dans notre famille. J’en ai aussi discuté avec Anapanui, mon grand garçon, pour lui demander son avis. C’étaient leurs avis qui primaient avant le mien. Je n’y aurais jamais été toute seule, comme ça. C’est quelque chose qu’on fait ensemble, car il faut aussi se préparer à ce nouvel emploi que je vais sûrement avoir, réorganiser notre vie familiale. Donc, il y a beaucoup de discussions entre nous. Et on se donne toujours des moments pour nous quatre, depuis le début de cette campagne ».

« C’est essentiel, pour moi, le soutien de la famille »

Hinamoeura est également la petite-fille de Tinomana Ebb, lui aussi ancien maire de Teva i Uta, qui a également donné son nom au collège de la commune. Ce n’est toutefois pas cet héritage familial qui l’a poussée à se lancer en politique mais son goût du travail et sa soif de justice.

« Je trouve que dans la politique, on met beaucoup en avant des grands mots, des promesses électoralistes, au lieu de mettre en avant les personnes, parce qu’on n’élit pas qu’un parti. On élit des gens qui vont travailler et je sais que la population n’a plus confiance. Elle a l’impression qu’ils se tournent les pouces. Il y en a beaucoup qui disent : ‘vous ne méritez pas votre salaire’. Mais certaines personnes méritent totalement leur salaire », souligne la jeune candidate du parti indépendantiste.

De 5 heures du matin à 9 heures, Hinamoeura et ses soutiens tentent ce jour-là de bleuir le ciel gris de la Pointe Tehoro avant que la jeune femme ne s’accorde un petit moment de répit avec son fils Marunui.

Elle profite d’ailleurs de chaque instant passé à allaiter son petit. Le mois prochain, elle ne pourra plus le faire en raison de la reprise de son traitement contre la leucémie. Militante anti-nucléaire, elle se bat contre cette maladie depuis ses 25 ans. Ce qui également contribué à nourrir sa vocation militantiste et son engagement en politique.

Dernières news

Activer le son Couper le son