mercredi 22 septembre 2021
A VOIR

|

Gestes barrières pas respectés à l’aéroport le 1er mai : “une réalité gommée dès le vol suivant” assure Fritch

Publié le

En séance à l'assemblée ce jeudi, le président Edouard Fritch a répondu à une question de l'élue Tavini Eliane Tevahitua sur la réouverture des frontières aux touristes américains.

Publié le 06/05/2021 à 12:07 - Mise à jour le 06/05/2021 à 19:29
Lecture 3 minutes

En séance à l'assemblée ce jeudi, le président Edouard Fritch a répondu à une question de l'élue Tavini Eliane Tevahitua sur la réouverture des frontières aux touristes américains.

À la réouverture des frontières le 1er mai, nos confrères de Tahiti infos soulignaient des manquements dans le protocole sanitaire à l’arrivée des voyageurs. Alors que des voitures devaient conduire les voyageurs devant être isolés directement sur leur lieu de quarantaine, certains ont circulé librement et faire la bise par exemple, à leurs proches.

Ce jeudi à l’assemblée, la représentante Tavini Eliane Tevahitua a interpellé le président du Pays.

Edouard Fritch a d’abord rappelé la nécessité de rouvrir les frontières et la situation économique du Pays, dégradée avec la crise. Il a par ailleurs tenu à souligner que la campagne de vaccination se poursuit jusque dans les îles : “Avec le soutien de l’armée, nous nous déplaçons vers les endroits les plus isolés comme ce fut le cas à Rapa, avant Raivavae, et nous entamons aujourd’hui une vaste campagne de vaccination à Bora Bora, principale île d’accueil de nos touristes. La campagne de vaccination dans les îles va pouvoir s’intensifier grâce à la première livraison par l’Etat de 22 600 doses du vaccin Janssen. […] Ainsi, notre ministre de la Santé nous a annoncé que l’immunité collective devrait être atteinte au mois de juillet.”

Le président du Pays est revenu sur les nouveaux protocoles d’entrée en Polynésie pour les voyageurs. Concernant le vol du 1er mai, Edouard Fritch souligne que les passagers concernés venaient de métropole et non des Etats-Unis. Il admet que les gestes barrières n’ont pas été respectés. “C’est effectivement une réalité que nous avons gommée dès le vol suivant, a-t-il assuré. L’ensemble des équipes se sont mobilisées à l’intérieur de la zone arrivée internationale s’agissant de la mise en œuvre d’un important dispositif qui se rode rapidement. Nous avons su nous adapter immédiatement aux problèmes d’organisation constatés sur ce premier vol. je vous rappelle que 35 personnes de l’administration d’Etat et du Pays sont présentes sur la plateforme aéroportuaire à chaque arrivée.
En tout état de cause, et vous avez pu le constater dans les reportages concernant le vol en provenance des Etats-Unis, le protocole a été parfaitement respecté et apprécié par les touristes en raison de son efficacité.

Edouard Fritch a rappelé la mise en place de la plateforme Manava chargée d’analyser les dossiers de demande des voyageurs souhaitant se rendre en Polynésie. “Elle veille également au respect des voyageurs du protocole de quarantaine actuel par un suivi téléphonique fréquent.”

Les fonctionnaires, “soumis aux mêmes protocoles”

Dans sa question écrite, Eliane Tevahitua s’interroge également sur les “conditions d’entrée pour motif impérieux des 4 000 fonctionnaires d’État qui seront une nouvelle fois mutés dans notre Pays dans les prochains mois, tandis que dans le même temps des Polynésiens se voient purement et simplement refuser l’accès à leur propre Pays considérant que le motif familial ne constitue pas un motif impérieux”.

Edouard Fritch a assuré que les fonctionnaires “seront soumis aux mêmes protocoles que les nouveaux entrants. Il n’y aura aucune dérogation. Je note que vous en prévoyez 4000 ce qui représente pratiquement le double de ce qui est annoncé”, a-t-il souligné.

Le président du Pays a rappelé que les étudiants polynésiens, “pourront rentrer en Polynésie selon le même dispositif ! Le protocole sanitaire qui vient d’être décrit s’appliquera à chacun et à chacune de ces étudiants, comme cela sera appliqué à tous les passagers arrivant en Polynésie.
J’ai proposé qu’ils puissent être vaccinés dès le lendemain de leur arrivée par le vaccin à une seule dose, le Janssen. De cette manière, grâce au vaccin, après son test PCR négatif à J+4, chaque étudiant pourra se déplacer librement sur tout le territoire polynésien, passer des vacances en famille, bien entendu tout en continuant à respecter les consignes générales de gestes barrières. Le bénéfice supplémentaire, pour les étudiants qui doivent repartir vers la métropole pour la prochaine rentrée universitaire, étant qu’ils seront immunisés.”

Rédigé par

infos coronavirus