jeudi 29 octobre 2020
A VOIR

|

Démission collective à l’assemblée : Moetai « pas favorable » pour l’instant

Publié le

Publié le 28/11/2018 à 16:56 - Mise à jour le 28/11/2018 à 16:56
Lecture 2 minutes

Du côté de l’assemblée de la Polynésie française, les groupes Tahoeraa Huiraatira et Tavini Huiraatira seraient en discussion depuis plusieurs semaines pour provoquer de nouvelles élections territoriales. Selon nos confrères de Radio 1, l’idée suit son chemin. Le projet a été présenté au comité directeur du Tavini et discuté entre les cadres du Tahoeraa. L’objectif commun est de créer une liste d’union anti-Tapura et anti-État pour les municipales de 2020, sans Gaston Flosse et Oscar Temaru, rendus inéligibles.
 
Et pour que le retour aux urnes se fasse, l’article 107 du statut de l’autonomie prévoit la « vacance » de trois élus. La proposition a été faite aux représentants bleu ciel Cécile Mercier, Eliane Tevahitua et Moetai Brotherson. Contrairement à ses deux homologues, ce dernier, interrogé ce jeudi matin avant le début de séance à l’assemblée, se montre réticent à cette idée de démission massive lancée par son leader, pour deux raisons.
 
« La première, et la plus importante, quelle est la stratégie, quelle est l’intention, quel est l’objectif ?, s’interroge Moetai Brotherson. Je n’ai pas les réponses suffisantes à mon sens aujourd’hui. Peut-être que je les aurai samedi, peut-être que je les aurai plus tard…
La deuxième raison est que je n’ai pas vraiment confiance dans l’intention de l’État une fois que ces vacances seront constatées
, poursuit-il. Est-ce qu’il fera une lecture simple du droit ou est-ce qu’il donnera un avis d’opportunité ? Ce qu’il a parfaitement le droit de faire. Donc pour l’instant, je n’y suis pas favorable, mais les choses peuvent changer… »
 

Rédaction web avec Tauhiti Tauniua Mu San et Naea Bennett
 

infos coronavirus