samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

Décès de Jacquie Graffe : réactions et hommages des politiques

Publié le

Plusieurs personnalités politiques du fenua se sont exprimées suite à l'annonce du décès du représentant à l’Assemblée et maire de Paea, Jacquie Graffe.

Publié le 22/05/2020 à 12:00 - Mise à jour le 22/05/2020 à 16:18
Lecture 5 minutes

Plusieurs personnalités politiques du fenua se sont exprimées suite à l'annonce du décès du représentant à l’Assemblée et maire de Paea, Jacquie Graffe.

Titaua Joquel, adjointe de Jacquie Graffe :

« Cela fait 30 ans que je suis au conseil municipal avec lui, mais j’avais fait aussi des études avec lui au lycée Gauguin. Ensuite, il est parti faire son service militaire et moi je me suis mariée, et on s’est perdus de vue jusqu’en 1980, quand je suis revenue à Tahiti. C’est quelqu’un qui connait ses dossiers, qui connait son affaire. C’est quelqu’un de direct, et quand il vous dit que c’est comme ça, c’est comme ça. Il a réfléchi à la question d’abord. Et surtout, c’était le maire de tout le monde. Il y a personne ici qui peut dire qu’il a éliminé des gens parce qu’ils ne sont pas du même parti, de même obédience que lui… Il recevait tout le monde, quelle que soit les personnes.
(…) Nous perdons quelqu’un de très important, ici dans la commune, parce que c’est vraiment quelqu’un qui connaissait bien tous ses dossiers, qui connaissait sa population, qui avait fait beaucoup de choses pour la commune. »
Au sujet du prochain maire : « Je souhaite que ce soit quelqu’un qui ait suffisamment de poigne pour continuer à faire ce que le maire a fait jusqu’à présent et puisse gérer la population comme lui l’a gérée, c’est-à-dire en toute sérénité et sans parti-pris. Il faut que ce soit quelqu’un qui connaisse les dossiers, aussi. (…) On ne pourra pas le remplacer comme ça du jour au lendemain. J’espère que la personne qui va mener la commune va suivre ce qu’il a fait et continuer dans la même lignée, même en apportant des nouveautés. »

Jean-Claude Hapairai, ancien premier adjoint du maire de Paea :

« Malgré cette séparation entre nous deux, je peux dire que c’était un bosseur. On peut pas dire le contraire. (…) Il a beaucoup aidé les familles nécessiteuses, en leur donnant du travail, pour qu’elles puissent vivre. C’est quelqu’un qui regardait qui avait besoin et qui n’avait pas besoin. Il a toujours fait du bon travail pour sa commune. Dès 77, quand il est devenu maire, il a commencé à faire de grands projets, au niveau des écoles, des cantines, de la cuisine centrale… des projets pour la jeunesse, avec les terrains de sport, les salles omnisports etc. Il a imaginé et réalisé beaucoup de choses. C’était quelqu’un qui essayait par tous les moyens de trouver une solution, même s’il y a un problème, pour réaliser son projet. Il nous a laissé beaucoup de choses ici, et je compte sur le prochain conseil municipal. Il faut aller jusqu’au bout des projets qu’il avait préparé, pour la suite. »

Antony Géros, président du groupe Tavini Huiraatira à l’assemblée de la Polynésie française :

Oscar Temaru, maire de Faa’a :

« C’était un grand monsieur qui a beaucoup œuvré pour sa commune. Il a fait de son mieux. Il était très apprécié dans notre pays, que ce soit dans le milieu sportif puisque c’était un ancien grand footballeur, dans le milieu de la pêche etc. C’est une page de l’histoire de notre pays qui se tourne. Il a été conseiller municipal pendant un certain temps à l’époque de M. Bambridge et Toromona, ensuite il a été élu maire de Paea. Nous travaillions toujours ensemble puisque Paea comme Punuaauia est membre du syndicat intercommunal Te Orapaa qui gère la Punaruu qui distribue de l’eau dans les trois communes concernées, et tout a toujours bien marché depuis l’époque jusqu’à aujourd’hui. Je lui dis donc adieu cher ami et au-revoir car on y passera tous, c’est notre destin à nous tous.
(…) Antony Géros, c’est vraiment l’homme du futur. Je ne dis pas ça par esprit de partisan, mais c’est la personne qui peut relever des défis parce qu’il y a des défis à relever au niveau de la commune de Paea ne serait-ce que pour la gestion de l’eau. S’il y a quelqu’un qui a ce savoir-faire, c’est bien Antony Géros. C’est quelqu’un qui connait les institutions communales, les institutions territoriales (…) Je sais, on en a discuté un peu avec Jacquie, il aurait souhaité que Tony soit son remplaçant. C’était son vœu. Il ne l’avait pas déclaré publiquement mais on en avait parlé. »

Edouard Fritch, président de la Polynésie française :

« Le président Edouard Fritch a appris avec émotion la disparition de Jacquie Graffe. Le représentant-maire de Paea a marqué la vie politique polynésienne pendant près de 50 ans après avoir accédé à son premier mandat de 1er adjoint de sa commune en 1972 avant d’en devenir maire en 1975.
Pilier du Tapura Huiraatira dont il a été membre fondateur, Jacquie Graffe a tout au long de sa vie politique gardé son autonomie et sa façon de penser. Représentant, ministre, sa vie politique aura été bien remplie et il ne comptait pas y mettre un terme puisqu’il était candidat à sa propre succession à la tête de la commune de Paea, estimant avoir encore des choses à faire pour la population. Cette population dont il était proche et toujours à l’écoute. Elle lui a rendu toute cette affection en lui faisant toujours confiance.
Sa disparition va laisser un vide et beaucoup de souvenirs. Le président et son gouvernement adressent tout leur soutien et leurs prières à la famille et aux proches pour traverser cette épreuve. »

Gaston Tong Gang, président de l’assemblée de la Polynésie :

« L’assemblée de la Polynésie française pleure la disparition de son doyen d’âge.
Le président de l’assemblée de la Polynésie française, M. Gaston TONG SANG, a appris ce matin, avec une profonde émotion et une grande tristesse, le décès de Monsieur Jacquie Graffe représentant et Maire de Paea, des suites d’une longue maladie qu’il a vaillamment et longuement combattue entouré de l’affection des siens. Jacquie Graffe était le doyen d’âge de l’institution et s’est éteint ce matin à l’âge de 77 ans.
Élu à l’assemblée de la Polynésie française pour la première fois en 1982, Jacquie Graffe y siégea de manière continue jusqu’en 2004 où il fut nommé ministre des transports. Jacquie Graffe fit son retour à Taraho’i en 2013 sous les couleurs du Tahoeraa Huiraatira. Membre fondateur du Tapura Huiraatira dont il était vice-président, il fut à nouveau élu à l’assemblée de la Polynésie française en mai 2018 où il présida la première séance de la mandature en qualité de doyen d’âge de l’institution qui l’accueillit sur ses bancs pendant près de 30 ans.
Ce sont ses fonctions de greffier au Tribunal de Papeete exercées entre 1961 et 1980 qui ont conduit Jacquie Graffe à développer très tôt un lien de proximité avec sa population et une appétence particulière pour le service publique, l’intérêt général et les préoccupations populaires.
Sa carrière politique, il la débuta en 1972 en intégrant le conseil municipal de Paea en qualité de premier adjoint au maire. Trois années plus tard, âgé de 33 ans à peine, il fut élu Maire de la commune de Paea qu’il dirigea, sans interruption, pendant 45 ans, consolidant, mandat après mandat, son électorat et le lien insécable et quasi filial qui le liait à sa population. 
Le président de l’assemblée de la Polynésie française déplore la disparition d’un homme d’action et de terrain, d’une figure incontournable du paysage politique polynésien, d’un patriarche à la personnalité affirmée et à l’esprit saillant. Il salue la mémoire de l’élu engagé, déterminé et opiniâtre qu’il était ; un homme attachant et attaché à ses engagements, ses combats et ses convictions.
Gaston Tong Sang tient, en son nom personnel, en celui de l’ensemble des représentants à l’assemblée et du personnel de l’institution, à adresser à son épouse Heiata, à ses enfants, ses proches et aux membres du Conseil municipal de Paea, ses condoléances attristées et ses pensées les plus sincères. » 

Dominique Sorain haut-commissaire de la République :

« J’ai appris ce jour avec une grande tristesse la disparition de M. Jacquie Graffe, Maire de la commune de Paea, représentant à l’Assemblée de la Polynésie française et ancien ministre des transports.
Mes premières pensées vont vers sa famille, ses proches et à tous les personnels de la mairie de Paea auxquels je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances.
Homme engagé et très investi pour le bien de sa population, il s’est consacré à ses concitoyens sans compter. Maire dynamique et entreprenant, il a su insuffler une énergie déterminante pour l’évolution de sa commune. Il laisse à tous ceux qui l’ont connu le souvenir d’un homme dévoué, généreux avec un sens de l’intérêt général élevé. »

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la...

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Les mesures de précaution renforcées dans les maisons de...

Aux maisons d'accueil médicalisées "Les Orchidées" à Pirae et Papeete, certains matahiapo sont plus vulnérables que d’autres, notamment les malades d’Alzheimer. Pour préserver ces personnes âgées dans le contexte sanitaire actuel, le personnel tente au mieux de maintenir le lien social malgré la limitation des visites.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV