lundi 26 septembre 2022
A VOIR

|

Vidéo antisémite : l’avocat convoqué le 6 décembre devant le tribunal correctionnel

Publié le

L'avocat mis en cause a été entendu sous le régime de la garde à vue. Il est convoqué devant la justice en décembre.

Publié le 14/09/2022 à 16:47 - Mise à jour le 14/09/2022 à 16:49
Lecture < 1 min.

L'avocat mis en cause a été entendu sous le régime de la garde à vue. Il est convoqué devant la justice en décembre.

Ses propos ont suscité l’émoi. Se tenant à côté d’un fumoir doté de vitres, un avocat inscrit au barreau de Papeete avait déclaré dans une vidéo diffusée sur Facebook : “Ce qui est vraiment bien, c’est que tu as le plexiglas (…) Je suis sûr, enfin bon on ne va pas faire de mauvais jeux de mots, à Dachau ça aurait pu les intéresser tellement c’est grand. Je n’en dis pas plus, ça va être très mal pris…”

Une enquête avait immédiatement été ouverte. Une plainte avait également été déposée par le représentant de la communauté juive au fenua.

Lire aussi : Une vidéo antisémite suscite l’émoi de la communauté juive du fenua

L’avocat a été entendu sous le régime de la garde à vue annonce ce mercredi le procureur de la République près le TPI, Hervé Leroy. L’homme est convoqué le 6 décembre prochain au tribunal correctionnel. Il est poursuivi des chefs “d’injure publique envers un groupe de personnes en raison de son appartenance à une religion déterminée.” Le Procureur estime que l’avocat “en faisant publiquement la comparaison entre un barbecue/four exposé dans une quincaillerie et les fours crématoires, a tourné en dérision et de manière méprisante et outrageante l’extermination des personnes de confession juive organisée par le régime nazi”.

Lors de la préparation d’un reportage sur le sujet, l’avocat incriminé s’est également attaqué à une journaliste et a notamment diffusé son numéro de téléphone. Pour cela, l’avocat est poursuivi pour “divulgation d’informations personnelles concernant une journaliste de TNTV”.

Le Procureur précise que les peines encourues pour ce délit sont de 5 ans d’emprisonnement et 8 969 146 Fcfp (75 000 euros) d’amende.

infos coronavirus