samedi 5 décembre 2020
A VOIR

|

Un an de prison ferme pour avoir tabassé plusieurs personnes dont un gendarme

Publié le

Un homme de 26 ans a été condamné ce jeudi après-midi en comparution immédiate, à deux années de prison, dont une avec sursis, pour avoir frappé plusieurs personnes le 8 octobre sur le quai des pêcheurs de Moorea. Parmi les victimes : un gendarme qui avait été passé à tabac.

Publié le 31/10/2019 à 16:55 - Mise à jour le 04/11/2019 à 9:25
Lecture < 1 min.

Un homme de 26 ans a été condamné ce jeudi après-midi en comparution immédiate, à deux années de prison, dont une avec sursis, pour avoir frappé plusieurs personnes le 8 octobre sur le quai des pêcheurs de Moorea. Parmi les victimes : un gendarme qui avait été passé à tabac.

Le prévenu, qui était ivre au moment des faits, importunait différents groupes de personnes qui se trouvaient sur le quai en fin d’après-midi. Énervé d’être rejeté par chacun d’eux vu son ébriété, il commençait à se montrer menaçant.

Le ton est alors monté entre le mis en cause et l’une des personnes présentes. Au moment où il allait décocher un coup, un gendarme en permission qui se trouvait là a tenté de s’interposer. Et c’est finalement le militaire qui a subi sa colère.

Le sous-officier a été frappé au visage et une fois inconscient au sol, a reçu de nombreux coups de pieds. Bilan : un visage tuméfié et de multiples plaies nécessitant plusieurs points de suture. Des blessures qui lui ont valu 15 jours d’ITT.

Mais le prévenu ne s’est pas arrêté là puisqu’il a ensuite frappé plusieurs des personnes présentes, puis un gendarme en tenue appelé en renfort. L’homme a aussi menacé de mort le militaire et sa famille. Il a fallu l’intervention d’une seconde patrouille de gendarmes pour qu’il puisse être mis hors d’état de nuire.

« J’étais complètement bourré. Je ne savais plus ce que je faisais », a déclaré le mis en cause, consommateur d’ice et de paka.

Dans ses réquisitions, la procureure a estimé que de telles violences étaient « inadmissibles »  surtout commises sur un homme inconscient et à terre : « C’est l’acte le plus lâche qu’on puisse accomplir ».

Le prévenu passera les 12 prochains mois derrière les barreaux et devra verser un total de 650 000 Fcfp de dommages et intérêts à ses multiples victimes.

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.