mercredi 28 octobre 2020
A VOIR

|

Nicole Belloubet reconnaît une situation « pas acceptable » à Nuutania

Publié le

La ministre de la Justice a reconnu samedi la vétusté de la prison de Nuutania, et en particulier de certaines cellules. Elle s’est engagée sur des travaux, qui seront évalués avant la fin de l’année.

Publié le 20/07/2019 à 16:19 - Mise à jour le 20/07/2019 à 16:27
Lecture < 1 min.

La ministre de la Justice a reconnu samedi la vétusté de la prison de Nuutania, et en particulier de certaines cellules. Elle s’est engagée sur des travaux, qui seront évalués avant la fin de l’année.

Après sa visite du centre pénitentiaire de Tatutu, l’un des modèles du genre dans la République française, Nicole Belloubet s’est rendue à Nuutania. Les espaces de resocialisation, d’activités sportives, manuelles ou intellectuelles, y sont bien moins importants qu’au centre pénitentiaire de Papeari. Mais c’est surtout la vétusté de certaines cellules qui a fait réagir la Garde des Sceaux :

Plusieurs détenus de Nuutania ont porté plainte, avec succès, contre leurs conditions de vie dans cette prison. Ils sont encore 290 pour 164 places. La rénovation de Nuutania, et l’augmentation des alternatives à la prison, comme les bracelets électroniques, ou les travaux d’intérêt général, pourraient améliorer leur triste sort. Mais aussi celui des surveillants, qui demandent des créations de postes, et le retour de la quarantaine de surveillants diplômés mais toujours en métropole.

Un détenu dans une cellule de Nuutania – Photo : Mike Leyral
Nicole Belloubet est parvenue à souffler dans le Pu de l’orchestre qui l’accueillait, suscitant les applaudissements des surveillants – Photo : Mike Leyral

infos coronavirus

Covid-19 : les salles de sport « sacrifiées » estime Christian Wang Sang

"C'est injuste." "C'est révoltant." Les gérants de salles de sport sont dépités. Alors qu'ils traînent encore des séquelles financières du confinement, c’est...

Covid-19 : Manutea Gay « demande à chacun de se rendre responsable »

Manutea Gay, le responsable de la plateforme covid-19, était notre invité en plateau lundi soir. Il indique que "les messages qui ont été diffusés jusqu’à aujourd’hui ont fait leur temps, il est nécessaire de passer à autre chose", et "demande à chacun de se rendre responsable à titre individuel" face à la pandémie.