jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Cour d’assises : un bébé violenté depuis sa naissance

Publié le

Le procès d'un couple s'est ouvert ce mercredi matin devant la cour d'assises. L'homme et la femme sont accusés de violences ayant entraîné la mort de leur bébé sans intention de la donner. L'enfant, décédé à l'âge de 1 an en 2015, aurait subi des violences toute sa petite vie.

Publié le 09/09/2020 à 16:51 - Mise à jour le 10/09/2020 à 8:36
Lecture < 1 min.

Le procès d'un couple s'est ouvert ce mercredi matin devant la cour d'assises. L'homme et la femme sont accusés de violences ayant entraîné la mort de leur bébé sans intention de la donner. L'enfant, décédé à l'âge de 1 an en 2015, aurait subi des violences toute sa petite vie.

C’est l’histoire d’un bébé délaissé, non désiré à la naissance et décédé à l’âge de 1 an des suites de nombreux traumatismes. Les deux accusés, la mère âgée de 26 ans et le père de 29 ans, doivent s’expliquer sur les circonstances du drame qui s’est joué en mars 2015 dans un squat situé dans le quartier de l’ancien Maeva Beach.

Le jeune couple avance plusieurs versions sur fond de violences et d’alcool. Le bébé serait tombé à plusieurs reprises et aurait été violenté lors des disputes conjugales. L’autopsie du petit a démontré des lésions traumatiques récentes mais aussi anciennes, révélant des violences subies depuis la naissance.

Lire aussi : Une affaire de bébé secoué devant la cour d’assises

Le couple, incarcéré depuis 10 mois, ne conteste pas les faits et reconnaît les brutalités infligées au nouveau-né.

« Elle reconnaît qu’elle était une jeune maman en difficulté, à la fois sociale et personnelle, parce qu’elle n’avait que 20 ans quand cet enfant est né, parce que cet enfant présentait un certain nombre de difficultés et qu’elle était en effet quelques fois désemparée devant la prise en charge de cet enfant », explique Me Toudji, l’avocate de la mère.

Aujourd’hui, la cour d’assises s’est penchée sur la personnalité des deux accusés. L’entourage du père le décrit comme un homme paisible, parfois ivre, mais pas agressif. La mère, elle, aurait parfois des accès de colère. Tous les deux s’accusent de violences.

Dans ce procès, il s’agira de comprendre quel rôle a joué chacun des deux parents dans la mort de leur enfant. Le procès durera trois jours et les deux accusés encourent 30 ans de réclusion criminelle.

infos coronavirus