samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Boissons réfrigérées : la Cour d’appel de Paris suspend la sanction du groupe Wane

Publié le

L'Autorité polynésienne de la concurrence (APC) avait sanctionné financièrement, le 22 août dernier, le pôle distribution du groupe Wane pour avoir appliqué à ses fournisseurs des tarifs excessifs pour la réfrigération des boissons qu’il distribue. Une sanction que vient de suspendre la Cour d'appel de Paris.

Publié le 16/10/2019 à 14:38 - Mise à jour le 17/10/2019 à 9:26
Lecture 2 minutes

L'Autorité polynésienne de la concurrence (APC) avait sanctionné financièrement, le 22 août dernier, le pôle distribution du groupe Wane pour avoir appliqué à ses fournisseurs des tarifs excessifs pour la réfrigération des boissons qu’il distribue. Une sanction que vient de suspendre la Cour d'appel de Paris.

Il s’agissait de la première sanction financière de ce type à l’encontre d’une entreprise au fenua. En août dernier, l’Autorité polynésienne de la concurrence (APC) a annoncé avoir sanctionné le pôle distribution du groupe Wane -propriétaire des enseignes Carrefour entre autres- à hauteur de 235 millions de Fcfp pour avoir appliqué à ses fournisseurs des tarifs excessifs pour la réfrigération des boissons qu’il distribue.

Ce mercredi, le cabinet d’avocat représentant le groupe Wane a obtenu la suspension, par la Cour d’appel de Paris, de l’exécution de la décision de condamnation prononcée par l’APC pour « doutes sur la pleine impartialité du président de l’APC »

Les entreprises mises en cause ont fait valoir un défaut d’impartialité du président de l’APC en raison de son immixtion dans l’instruction du dossier, de son intervention parallèle comme témoin contre les entreprises dans une procédure prud’homale et de ses multiples déclarations mettant en cause une position dominante du groupe de distribution, informe le cabinet d’avocats dans un communiqué.

Dans l’ordonnance rendue ce mercredi 16 octobre, la déléguée du premier président de la Cour d’appel de Paris juge que « il ressort des pièces du dossier que des éléments précis permettent d’émettre des doutes sur la pleine impartialité de Monsieur Jacques Merot, président de l’APC, qu’il est constant qu’il s’est exprimé publiquement et dans les médias et à plusieurs reprises sur la situation du groupe Wane au cours de l’instruction par l’APC en tenant des propos dépourvus de neutralité, qu’il n’est pas contesté qu’il a fourni une attestation écrite dans le cadre d’un litige prud’homal en faveur d’un cadre qui s’opposait au groupe Wane, qu’il a refusé de se déporter lors de l’audience de plaidoirie devant l’APC du 16 juillet 2019, malgré les recommandations du commissaire du gouvernement et la demande du conseil du Groupe Wane, qu’une procédure concernant une requête en suspicion légitime le concernant est toujours en cours, qu’ainsi il ressort de ces éléments que la décision de l’APC du 22 août 2019 présente un risque sérieux d’annulation fondé sur le défaut d’impartialité du collège ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Tour de Tetiaroa 2020 : le classement

Au Yacht Club de Tahiti, avait lieu samedi la régate du tour de Tetiaroa 2020. Huit voiliers ont répondu présent afin de mettre le cap vers l’île de Marlon Brando.

Rosina, l’une des premières basketteuses du fenua, décorée de...

Elle est l’une des premières femmes joueuses de basket-ball à Tahiti. Et depuis 1966 jusqu'à aujourd'hui, elle est présidente de la section basket de l’AS JT. Rosina Layton-Thunota, 85 ans, a été élevée ce matin par le président Edouard Fritch au rang de chevalier de l’ordre de Tahiti Nui.

De plus en plus de femmes recrutées pour des...

La féminisation des agents recrutés sur postes budgétaires est une constante observée depuis 10 ans, peut-on lire dans le rapport du Président de la Polynésie française à l’Assemblée de la Polynésie française, qui consacre chaque année une partie dédiée au bilan social des services administratifs et des établissements publics à caractère administratif (EPA).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV