jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Le groupe Wane sanctionné à hauteur de 235 millions de Fcfp par l’APC

Publié le

L'Autorité polynésienne de la concurrence (APC) a annoncé avoir sanctionné le pôle distribution du groupe Wane -propriétaire des enseignes Carrefour entre autres- à hauteur de 235 millions de Fcfp pour avoir appliqué à ses fournisseurs des tarifs excessifs pour la réfrigération des boissons qu’il distribue.

Publié le 23/08/2019 à 11:37 - Mise à jour le 26/08/2019 à 9:59
Lecture 2 minutes

L'Autorité polynésienne de la concurrence (APC) a annoncé avoir sanctionné le pôle distribution du groupe Wane -propriétaire des enseignes Carrefour entre autres- à hauteur de 235 millions de Fcfp pour avoir appliqué à ses fournisseurs des tarifs excessifs pour la réfrigération des boissons qu’il distribue.

C’est la première fois que l’APC choisit une sanction financière à l’encontre d’une entreprise au fenua. Dans un communiqué, elle explique : « À la suite d’une saisine par l’Union des importateurs de Polynésie française (UIPF) et les sociétés Brapac distribution, Kim Fa, Morgan Vernex et Sodispo, l’Autorité polynésienne de la concurrence a rendu le 22 août 2019 une décision par laquelle elle sanctionne le pôle distribution du groupe Wane pour avoir mis en œuvre, entre 2016 et 2018, une pratique de tarifs excessifs constitutif d’un abus de position dominante sur les marchés de l’approvisionnement en boissons en Polynésie française. La réfrigération de boissons, inhérente aux obligations d’achat et de vente en Polynésie française ».

Le 22 août 2019, l'Autorité polynésienne de la concurrence a sanctionné le pôle distribution du groupe Wane à hauteur de…

Posted by Autorité Polynésienne de la Concurrence on Friday, August 23, 2019


« Entre 2016 et 2018, les sociétés du groupe Wane ont imposé aux fournisseurs de boissons des tarifs excessifs pour l’implantation de leurs boissons en meubles réfrigérés. L’Autorité a considéré, à l’instar d’autres autorités de concurrence, comme anticoncurrentiel le fait d’appliquer un prix excessif au motif que ce prix n’a pas de rapport raisonnable avec la valeur économique de la prestation fournie. En l’espèce, la réfrigération des boissons étant inhérente aux obligations d’achat et de vente en Polynésie française, elle ne peut donc être facturée comme un service de coopération commerciale. Sa facturation est donc, en tant que telle, injustifiée et excessive » poursuit l’APC.

« Des pratiques qui ont pesé sur les concurrents et le marché La pratique de tarifs excessifs opérée par les sociétés du pôle distribution du groupe Wane a eu pour effets, réels ou potentiels, de fausser le jeu de la concurrence sur les marchés en cause. Outre l’abus d’exploitation issu de cette pratique, l’abus d’éviction résulte du renchérissement des coûts des fournisseurs et par conséquent, de l’affaiblissement de leurs capacités concurrentielles. En outre, elle rend plus difficile la pénétration des marchés par des fournisseurs nouveaux entrants de petite taille. La pratique des tarifs excessifs peut aussi avoir ou avoir eu des répercussions défavorables sur les consommateurs finals en termes de prix ou, le cas échéant, de disponibilité de boissons réfrigérées. En conséquence, l’Autorité de la concurrence a sanctionné le groupe Wane à hauteur de 235 millions de Fcfp. Cette décision peut faire l’objet d’un recours devant la cour d’appel de Paris. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV