fbpx
vendredi 17 janvier 2020
A VOIR

|

Bataille d’experts au procès du crash d’Air Moorea

Publié le

Au procès du crash d’Air Moorea, c’est une bataille d’experts qui s’est tenue aujourd’hui devant la cour d’appel. La défense a fait citer deux témoins, spécialistes en aéronautique, selon lesquels ce n’est pas la rupture du câble de gouverne de l’avion qui a causé l’accident. Des conclusions peu crédibles pour la partie civile qui met en doute l’objectivité de ces témoins.

Publié le 14/11/2019 à 14:09 - Mise à jour le 18/11/2019 à 8:55
Lecture 2 minutes

Au procès du crash d’Air Moorea, c’est une bataille d’experts qui s’est tenue aujourd’hui devant la cour d’appel. La défense a fait citer deux témoins, spécialistes en aéronautique, selon lesquels ce n’est pas la rupture du câble de gouverne de l’avion qui a causé l’accident. Des conclusions peu crédibles pour la partie civile qui met en doute l’objectivité de ces témoins.

Au troisième jour du procès, les avocats d’Air Moorea et de ses cadres ont fait appel ce matin à deux témoins. Des experts en aéronautique, mais sollicités par la défense, qui arrivent à des conclusions opposées à ceux mandatés officiellement par la justice. Ils considèrent que la rupture du câble de gouverne du Twin Otter ne peut être la cause du crash, et donc que l’entretien de l’avion n’est pas à mettre en cause.

“La démonstration que je fais, en reprenant tout ce que d’autres ont fait avant moi, ce n’est pas une panne matérielle. Ce n’est pas l’avion. Donc si ce n’est pas l’avion, (…) c’est le pilote. Alors après le pilote… Je suis pas médecin, je suis pas psychologue… Est-ce qu’il s’est suicidé, est-ce qu’il était malade ? Je n’en sais rien. (…) Ce qui est visible, c’est qu’on a un pilote qui est absent. C’est-à-dire qu’à un moment donné où il aurait dû monter, il n’est pas monté, et à un moment donné, quand ça se passe mal, on râle, on le dit… et là y’a rien, sauf un juron” explique Bernard Schmitt, expert aéronautique et témoin de la défense.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ces déclarations ont irrité les familles des victimes ainsi que la représentante du ministère public. Les avocats des parties civiles considèrent que les seules expertises valables sont celles réalisées par les experts à qui le juge d’instruction a fait appel durant l’enquête et qui mettent hors de cause le pilote. Les avocats des familles émettent donc des doutes quant à l’objectivité des experts travaillant pour les intérêts d’Air Moorea et des autres prévenus. “C’est la technique du poulpe. On envoie de l’encre et on essaie de faire dire à ces experts ce qu’ils ne disent pas. Et on a en face de soi des conclusions qui sont inutilisables par la défense. (…) Ces expertises n’ont aucune valeur et ne peuvent pas en tout état de cause prévaloir sur l’expertise, parce qu’elles sont incomplètes. Ce qu’on a entendu était d’ailleurs inacceptable pour la famille, je le conçois, mais c’est surtout, à la limite, peu sérieux. Cela n’a aucune valeur” indique Me Etienne Rosenthal, avocat des familles des victimes.

Bernard Schmitt lui, se défend de tout parti pris : “Quand j’ai été sollicité par Air Moorea, je leur ai dit ‘moi, je fais ce que je pense, et si vous n’êtes pas d’accord, je vous interdis de changer ce que j’aurai conclu’. Donc ce que je vous dis aujourd’hui, j’en suis intimement convaincu. C’est la vérité qui sort d’une démonstration“.

Le procès se poursuit ce vendredi avec de nouvelles séries d’auditions.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Orofero : “Tout le monde sait qu’il y a...

Les gendarmes qui ont interpellé le présumé chauffard recherché dans l'accident ayant impliqué le décès d'une fillette, étaient aussi à la recherche de drogue dans le quartier de Orofero. Un habitant raconte :

Réforme des retraites : la grève dans l’enseignement peu...

Le quatrième appel à la grève en Polynésie contre la réforme des retraites a été peu suivi dans le corps enseignant. Pas de manifestation non plus dans les rues de Papeete. Les élèves ont pris le chemin de l’école sans grande perturbation, ce matin. Une école à Punaauia était cependant fermée.

JO 2024 : après le surf à Tahiti, l’aviron...

La Fédération internationale des sociétés d'aviron (FISA) va proposer au Comité international olympique (CIO) d'ajouter l'aviron de mer au programme des Jeux Olympiques de Paris en 2024. Des épreuves qui pourraient avoir lieu à Marseille ou à Tahiti.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X