vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

Air Tahiti maintiendra toutes ses dessertes

Publié le

La décision de la cour administrative de Paris, qui condamne la Polynésie à verser 180 millions de Fcfp à Air Tahiti, était attendue par la compagnie aérienne. Mais celle-ci tient à rassurer les habitants des îles : "Air Tahiti maintient l’intégralité de ses vols sur toutes les destinations de Polynésie française", a indiqué son directeur général, Manate Vivish.

Publié le 18/02/2020 à 17:44 - Mise à jour le 18/02/2020 à 17:57
Lecture 2 minutes

La décision de la cour administrative de Paris, qui condamne la Polynésie à verser 180 millions de Fcfp à Air Tahiti, était attendue par la compagnie aérienne. Mais celle-ci tient à rassurer les habitants des îles : "Air Tahiti maintient l’intégralité de ses vols sur toutes les destinations de Polynésie française", a indiqué son directeur général, Manate Vivish.

Comme nous vous le révélions lundi, dans une décision rendue le 14 février dernier, la cour administrative d’appel de Paris a condamné la Polynésie à verser 180 millions de Fcfp à la compagnie Air Tahiti. Une somme destinée à compenser son déficit sur certaines lignes comme Ua Huka aux Marquises ou Apataki aux Tuamotu.

Pour Manate Vivish, le directeur général de la compagnie, « c’est une décision technique que nous attendions de la cour d’appel de Paris qui finalement donne un fondement juridique au Pays pour verser une subvention qui avait été convenue entre Air Tahiti et le Pays en 2016. Il se trouve qu’en 2014 et en 2015, Air Tahiti a bénéficié d’une subvention versée par le Pays, du montant de 180 millions, mais qu’en 2016, le cadre juridique ayant changé, le Pays n’a pas été en mesure de verser cette subvention, qui avait été prévue au budget du Pays… »

Les choses rentreraient donc tout simplement dans l’ordre et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’est « absolument pas » prévu de stopper certaines lignes déficitaires.

« Air Tahiti maintient l’intégralité de ses vols sur toutes les destinations de Polynésie française, affirme Manate Vivish. Donc je rassure les habitants des îles, nous continuerons à aller dans toutes les directions, partout où nous nous posons actuellement. Il faut quand même rappeler à ce titre-là qu’Air Tahiti dessert 46 îles sur toute la Polynésie française. »

Mais 180 millions de subvention, c’est tout de même peu selon la direction d’Air Tahiti, comparé au déficit de certaines lignes desservies par la compagnie aérienne. Un trajet pour Ua Huka, par exemple, coûterait à Air Tahiti 450 millions chaque année, pour une recette située entre 80 et 90 millions.

Toujours selon la direction, aux Tuamotu, les appareils volent souvent à vide sur certaines lignes. Vahitahi par exemple est desservie une fois par mois, avec parfois seulement quatre passagers à bord.

Mais alors, comment la compagnie fait-elle pour équilibrer ses comptes ? « Air Tahiti a construit au fil du temps une péréquation interne, c’est-à-dire qu’il y a quelques lignes rentables et énormément de lignes déficitaires, explique Manate Vivish. Les lignes rentables contribuent à couvrir les déficits des lignes déficitaires. Mais ce sont essentiellement les touristes qui prennent en charge cette contribution et qui permet à Air Tahiti de pouvoir, à la fin de l’année, constater un équilibre de ses activités. »

Les usagers de la compagnie aux hameçons n’ont donc aucun souci à se faire, du moins tant qu’aucune concurrence ne s’installe. Car « le jour où une concurrence sera bien présente au côté d’Air Tahiti, le Pays devra à ce moment-là supporter le déficit qu’Air Tahiti ne pourra plus supporter puisque Air Tahiti sera contraint et forcé de vivre une situation de concurrence, indique Manate Vivish. Donc Air Tahiti baissera ses tarifs, forcément, mais à côté de ça, Air Tahiti ne sera plus en mesure de financer les déficits de ces lignes. »

De son côté, le ministère des Transports insulaires n’a pas souhaité s’exprimer, malgré nos sollicitations.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Air Tahiti : pas d’indemnisation pour ses lignes déficitaires

Le tribunal administratif a tranché : les 2 requêtes d'Air Tahiti qui demandait à être indemnisée pour compenser le coût des dessertes minimales pour les lignes déficitaires dites de désenclavement, en 2014 et 2015, ainsi que 2018 et 2019, ont été rejetées.

Nouvelle-Calédonie : report du référendum sur l’indépendance au 4 octobre...

Edouard Philippe a proposé samedi de reporter au 4 octobre le référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie initialement prévu le 6 septembre, en raison des difficultés logistiques nées de la crise du coronavirus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV