mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Dessertes déficitaires : Air Tahiti fait condamner le Pays à lui verser 180 millions de Fcfp

Publié le

Dans une décision rendue le 14 février dernier et que Tahiti Nui Télévision s'est procurée,, la cour administrative d’appel de Paris a condamné la Polynésie à verser 180 millions de Fcfp à la compagnie Air Tahiti. Cette somme est destinée à compenser son déficit sur certaines lignes comme Ua Huka aux Marquises ou Apataki aux Tuamotu. Des destinations qu’elle pourrait pourtant envisager de stopper.

Publié le 17/02/2020 à 16:38 - Mise à jour le 17/02/2020 à 16:42
Lecture 2 minutes

Dans une décision rendue le 14 février dernier et que Tahiti Nui Télévision s'est procurée,, la cour administrative d’appel de Paris a condamné la Polynésie à verser 180 millions de Fcfp à la compagnie Air Tahiti. Cette somme est destinée à compenser son déficit sur certaines lignes comme Ua Huka aux Marquises ou Apataki aux Tuamotu. Des destinations qu’elle pourrait pourtant envisager de stopper.

Lorsqu’Air Tahiti a obtenu le renouvellement de sa licence de transporteur aérien fin 2015, certaines dessertes lui ont été imposées par les autorités au titre de l’intérêt général.

Comme Ua Pou, Ua Huka, Puka Puka ou encore Apataki. Des lignes qui sont déficitaires. En 2014 et 2015, le Pays avait versé une compensation de quelque 180 millions de Fcfp à la compagnie pour pallier ces pertes.

Mais rien en 2016. Air Tahiti avait donc saisi le tribunal administratif de Polynésie qui avait rejeté sa demande. La compagnie s’est ensuite tournée vers la cour administrative d’appel de Paris qui, elle, vient de lui donner raison, comme l’a constaté Tahiti Nui Télévision.

La juridiction a en effet considéré que la Polynésie s’était « régulièrement acquittée, au cours des deux années 2014 et 2015, de cette participation »  et qu’Air Tahiti était donc en droit d’attendre la même chose pour 2016.

« La société Air Tahiti doit être regardée comme n’ayant accepté d’effectuer un programme de vols minimum au titre de l’intérêt général (…) qu’en considération de l’engagement pris par la Polynésie française de lui verser cette participation », est-il écrit dans le jugement. La cour administrative d’appel a par conséquent condamné le Pays à verser 180 millions de Fcfp pour l’exercice 2016.

Mais quid de 2017 ? Là aussi, Air Tahiti a demandé à ce que la Polynésie mette la main à la poche. Mais sans succès.

La cour administrative d’appel a estimé que la compagnie n’apportait pas la preuve « que les pourparlers relatifs à la compensation financière de la Polynésie française au titre de l’exercice 2016 (…) auraient également concerné l’exercice 2017« .

Une douche froide d’autant que la compagnie sollicite aussi une compensation financière pour les années 2018 et 2019. Requêtes qui devraient donc connaître le même sort.

Dans ces conditions, pas sûr qu’Air Tahiti accepte encore longtemps de desservir ces îles qui lui coûtent plus qu’elles ne lui rapportent.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un confinement difficile dans certains quartiers

Dans le quartier Hitimahana, à Mahina, la promiscuité peut rendre le confinement difficile. Les foyers sont groupés et ouverts. 150 à 200 personnes vivent ensemble, au quotidien, et ont du mal à rester à l’intérieur de leurs maisons. S'ils connaissent le danger du coronavirus et ne masquent pas leur inquiétude, ce fléau leur semble pourtant encore lointain…

Covid-19 : la dépollution du navire échoué à Marutea...

La dépollution du navire échoué le 5 novembre 2017 sur le récif de Marutea Nord dans les Tuamotu, a pris du retard. Mandatées par le pays, les équipes de Rovotik découvrent chaque jour de nouvelles réserves de carburant dissimulées dans tous les moindres recoins. Ce que l’armateur taïwanais s’était bien gardé de communiquer. Le confinement du pays en pleine crise sanitaire a cependant contraint l’entreprise de rapatrier ses troupes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV