samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Affaire Sarah Nui : 14 prévenus pour 3 jours d’audience

Publié le

Le premier volet du dossier dit Sarah Nui s'est ouvert ce mardi au palais de justice de Papeete. 14 personnes comparaissent pour un trafic d’ice. Des hommes et des femmes qui jouaient les rôles de grossistes, de revendeurs ou de gros bras. Les autres mis en cause dans cette tentaculaire affaire, dont les personnages centraux Tamatoa Alfonsi et Maitai Danielson, seront quant à eux jugés lors d’un second procès dans plusieurs mois.

Publié le 01/10/2019 à 15:02 - Mise à jour le 02/10/2019 à 8:29
Lecture 2 minutes

Le premier volet du dossier dit Sarah Nui s'est ouvert ce mardi au palais de justice de Papeete. 14 personnes comparaissent pour un trafic d’ice. Des hommes et des femmes qui jouaient les rôles de grossistes, de revendeurs ou de gros bras. Les autres mis en cause dans cette tentaculaire affaire, dont les personnages centraux Tamatoa Alfonsi et Maitai Danielson, seront quant à eux jugés lors d’un second procès dans plusieurs mois.

Entre 2016 et 2018, les 14 prévenus auraient permis d’écouler quelque 3 kg d’ice en Polynésie. Principal mis en cause dans ce pan du dossier : Francis Tarano. L’homme est suspecté d’avoir été le principal grossiste du réseau. Et c’est à son domicile, que les enquêteurs avaient saisi 49 millions de Fcfp en liquide. Ce quadragénaire aurait alimenté de multiples gros revendeurs de Tahiti dont son cousin Tamanu Oti.

Comme pour la plupart des dossiers d’ice, chaque protagoniste avait un rôle précis : grossiste, intermédiaire, revendeur, nourrice… mais aussi homme de main. D’ailleurs, chose rare jusqu’à aujourd’hui en Polynésie, de multiples armes à feu comme un Colt 45 et deux fusils à pompes ont été saisis au cours de l’enquête. « C’est la première fois qu’on parle d’armes en même temps que de trafic de stupéfiants. C’est la particularité de ce dossier. Le trafic se durcit et en tout cas on commence à voir des armes arriver dans ce genre de dossiers », déclare Me Adelaïde Bezzouh-Mauconduit, avocat de la défense.

Après s’être fait arnaquer 16 millions de Fcfp par un revendeur, Francis Terano avait appelé son cousin à la rescousse et son ami Thomas Buchin. Un passionné d’arme à feux aux épaules de déménageurs qui s’était déplacé avec un fusil pour tenter de récupérer l’argent. Une arme dont il n’entendait pas se servir selon son avocat, Me Sylvain Fromaigeat : « Le trafic de stupéfiants comme on le sait, ça participe beaucoup de mensonges, de tromperie, éventuellement de vol, que ce soit de marchandise ou d’argent. Donc, pour se prémunir de ça, on essaie de faire une certaine prévention en disant attention, si ça ne se passe pas bien, on vous cassera la gueule. Mais dans ce dossier, pas plus qu’il n’y a eu d’utilisation d’armes à feu, il n’y a eu d’altercation physique. On est dans de la dissuasion de gros bras. »

Reste que sur les écoutes réalisées par les enquêteurs, les protagonistes évoquent une « chasse à l’homme ». Interrogé par les gendarmes sur l’attitude qu’il aurait eu s’il s’était retrouvé face à l’homme qu’il recherchait, le gros bras avait déclaré : « soit j’aurais fait un tir de sommation en l’air, soit on serait rentré chez nous. Mais ils ont peur de notre réputation car on casse des gueules, surtout quand on nous cherche ».

Le procès se poursuit demain et devrait s’achever jeudi.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Rugby : les jeunes des quartiers prioritaires de Pirae...

Le rugby club de Pirae s’engage pour les quartiers prioritaires de la commune. Toute cette semaine, 38 jeunes se sont initiés au rugby et ont appris les valeurs de l’ovalie. Une découverte pour la plupart. Le club espère motiver ces jeunes à devenir des joueurs au sein de son école.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV