mercredi 5 octobre 2022
A VOIR

|

Mahina : un iguane capturé par la police municipale

Publié le

Alertée par des résidents de Mahinarama, la police municipale a capturé ce vendredi après-midi un iguane long de 60 centimètres. Examiné par un vétérinaire, l'animal devrait être confié à la Diren et faire l'objet d'investigations pour retrouver son propriétaire.

Publié le 22/04/2022 à 20:12 - Mise à jour le 24/04/2022 à 10:41
Lecture 2 minutes

Alertée par des résidents de Mahinarama, la police municipale a capturé ce vendredi après-midi un iguane long de 60 centimètres. Examiné par un vétérinaire, l'animal devrait être confié à la Diren et faire l'objet d'investigations pour retrouver son propriétaire.

Curieuse rencontre vendredi après-midi sur les hauts de Mahinarama. Alertés par un couple de la résidence, les policiers municipaux constatent sur place la présence d’un reptile étranger au fenua : un iguane, long de 60 centimètres.

Si l’animal est d’abord perché sur le talus de la propriété, au milieu des fougères, il n’est pas prêt de se laisser capturer par les policiers. “À l’aide d’une épuisette de piscine, les policiers ont d’abord tenté de l’immobiliser” rapporte la commune de Mahina dans un communiqué sur les réseaux sociaux. “Les mutoi ont dû escalader le talus, se faufiler dans la végétation et finalement passer la clôture de la propriété, des obstacles que l’iguane n’a eu aucun mal à franchir”. À l’issue de plusieurs tentatives, un agent est finalement parvenu à le saisir par la queue. L’animal s’est débattu quelques secondes, avant d’être totalement immobilisé.

(Crédit photo : ville de Mahina)

“Conduit à la clinique vétérinaire de Fariipiti, l’iguane a été remis à Olivier Betremieux qui a confirmé l’espèce” rapporte la commune. Celui-ci a estimé l’âge du reptile à environ deux ans, sans pouvoir identifier son sexe. Le professionnel a également indiqué qu’il allait prévenir la direction de l’Environnement (Diren). Une enquête devrait être ouverte pour retrouver son propriétaire, qui s’expose à une sanction. L’importation de tels animaux étant interdite. Celui-ci devra bien entendu justifier de l’introduction du reptile en Polynésie.

(Crédit photo : ville de Mahina)

Mais selon le vétérinaire, “l’animal n’est pas un nuisible” et “aurait pu parfaitement vivre en se nourrissant de fruits et d’insectes”. Celui-ci précise cependant qu’une fois adulte, l’animal peut atteindre “la taille du bras d’un homme, fouetter avec sa queue et même infliger des morsures”. Rappelons que l’année dernière, ce sont deux caméléons qui avaient été retrouvés, dont un sur les hauteurs de la Mission.

infos coronavirus