fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

La Fape invite à surveiller les mangroves de Polynésie

Publié le

La Fédération des associations de protection de l’environnement (Fape) a tenu ce samedi sa première réunion de restitution des résultats de son projet de cartographie et d’observation des mangroves de Polynésie. Elle a également présenté la nouvelle application smartphone destinée à l’observation des mangroves.

Publié le 12/10/2019 à 18:00 - Mise à jour le 12/10/2019 à 18:01
Lecture 2 minutes

La Fédération des associations de protection de l’environnement (Fape) a tenu ce samedi sa première réunion de restitution des résultats de son projet de cartographie et d’observation des mangroves de Polynésie. Elle a également présenté la nouvelle application smartphone destinée à l’observation des mangroves.

“Après la cartographie qu’on a pu établir et les relevés que les bénévoles nous ont renvoyé, on sait aujourd’hui qu’il y a plus de 40 hectares de palétuviers en Polynésie française, déclare Laëtitia Bisarah, chargée de mission à la fédération des associations de protection de l’environnement (FAPE). Et qu’il y en a bien sur les six îles qu’on avait identifiées.” A savoir : Tahiti, Moorea, Huahine, Bora Bora, Raiatea et Taha’a.

“On a aussi le constat que Huahine est celle qui a le plus de palétuviers sur place et Tahiti n’arrive qu’en 4e place derrière Raiatea et Tahaa, poursuit-elle. On pense que c’est dû à la morphologie géographique de Huahine. Les baies de Huahine sont très profondes, elles sont propices au développement des palétuviers. Mais en se rendant sur place, on s’est aussi rendu compte qu’il y a des zones qui ont été entièrement plantées, où le palétuvier a été planté localement.”

Laëtitia Bisarah, chargée de mission à la fédération des associations de protection de l’environnement (FAPE). (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Le palétuvier ne remplit pas tous les critères d’une espèce envahissante. Et même si “dans les autres outre-mer français, le palétuvier est quelque chose de précieux qui contribue à l’équilibre d’un écosystème assez riche, explique Laëtitia, ici c’est une espèce qui a été introduite. Donc on ne sait pas exactement l’impact qu’elle peut avoir sur l’écosystème local. Il faudrait mener des études de comparaison de la biodiversité, mais aujourd’hui, on voudrait qu’il y ait un principe de précaution qui s’applique dans le cas où le palétuvier devienne une espèce envahissante plus tard.”

Pour cela, la Fape invite la population à rejoindre le mouvement national d’observation des mangroves en téléchargeant l’application ROM (pour réseau d’observation des mangroves), disponible sur l’Apple Store et Google Play. Celle-ci permet à tout un chacun de signaler en quelques clics la présence de palétuviers.

La Fape poursuivra cette semaine ses réunions de restitution :
– à Huahine, le mardi 15 octobre à 13 heures à la mairie annexe de Fitii,
– à Raiatea, mercredi 16 octobre à 13h30 à la mairie de Avera.

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un succès pour la première bourse aux livres

Le Lions Club organisait ce samedi une bourse aux livres à l'école Ahutoru de Arue, dont les fonds récoltés serviront à équiper une classe d'enfants sourds et malentendants de la Presqu'île. Le public a répondu présent dès l'ouverture.

Les Polynésiens en manque de sommeil

Les vacances de la Toussaint sont désormais terminées. À Tahiti, la plupart d’entre nous en ont profité pour recharger les batteries loin des embouteillages de début et fin de journée ou des devoirs. Mais savez-vous que nous sommes tous en dette de sommeil ? De 10 heures par jour pour nos grands-parents, nos nuits sont passées à une moyenne de 7 heures 30. Quelles sont les conséquences sur notre santé et comment être moins fatigué ?

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X