jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Ethan et Kiara ont fait leur opération « school strike »

Publié le

Le school strike, ce mouvement international pour le climat, se poursuit au fenua, mais de manière timide. Ethan et Kiara, deux jeunes collégiens de 13 ans, ont fait l’école buissonnière ce vendredi après-midi avec l’autorisation de leurs parents. Ils se sont plantés avec leurs pancartes devant le Monument aux morts de Papeete pour demander au gouvernement de lutter plus efficacement contre le réchauffement climatique. Ils ont aussi relevé leurs manches pour ramasser les mégots dans les rues.

Publié le 28/09/2019 à 10:45 - Mise à jour le 30/09/2019 à 11:36
Lecture 2 minutes

Le school strike, ce mouvement international pour le climat, se poursuit au fenua, mais de manière timide. Ethan et Kiara, deux jeunes collégiens de 13 ans, ont fait l’école buissonnière ce vendredi après-midi avec l’autorisation de leurs parents. Ils se sont plantés avec leurs pancartes devant le Monument aux morts de Papeete pour demander au gouvernement de lutter plus efficacement contre le réchauffement climatique. Ils ont aussi relevé leurs manches pour ramasser les mégots dans les rues.

Devant le Monument aux morts, Kiara et Ethan s’équipent de leurs pancartes. Cette stèle jouxte le haut-commissariat, la présidence et le ministère de l’Environnement. Les deux collégiens ont séché 2 heures de cours vendredi après-midi pour soutenir la manifestation internationale « school strike », la grève scolaire pour lutter contre le changement climatique

« Tous les déchets qu’on produit, ça va réchauffer la planète et la montée des eaux va nous affecter ici en premier, donc si on ne fait rien, tout va s’arrêter », lance Kiara Gilroy, qui a fondé avec Ethan Finck l’association Eco Kidz du Fenua.

« Dans le monde, il se passe des millions de choses, comme la fonte des glaciers ou le dépeuplement des animaux, renchérit Ethan, et c’est ça que je trouve alarmant et qu’il faut montrer à tout le monde. »

Ethan et Kiara ont appelé à la mobilisation sur leur page Eco Kidz du Fenua suivie par plus de 700 internautes. Il n’a pas trouvé écho. Mais les parents les soutiennent. Tous sont convaincus qu’il faut bouger pour sauver le monde.

« Chacun à son niveau a la possibilité d’agir, après ce sont des choix personnels », confie Cécile, la maman de Kiara. « C’est la nouvelle génération donc on espère vraiment qu’elle est en marche et qu’on va pouvoir changer les choses. Du moins c’est le positionnement de notre famille », complète Samantha, la maman d’Ethan.

Et parmi les préoccupations de nos Eco Kidz : les mégots de cigarette. Ils jonchent par centaines nos rues. Composés de métaux lourds, les mégots partent dans nos caniveaux jusqu’aux rivières pour finir dans l’océan. Un mégot met entre 12 et 15 ans pour se décomposer et pollue à lui seul 500 litres d’eau.

« Chacun dit : mais ce n’est qu’un petit mégot que je jette par terre. Mais 8 milliards de personnes qui jettent un petit mégot par terre par jour, ça fait beaucoup ! », indique Kiara.

Ethan et Kiara ont pris rendez-vous avec le ministre de l’Environnement pour réclamer des mesures concrètes en faveur du climat. Tous deux représentent sur le fenua l’association Little Citizens for Climate reconnue d’intérêt général par l’Unesco. Elle a pour vocation de monter des projets en lien avec l’urgence climatique avec les jeunes.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Vague de fraîcheur en Polynésie

La fraîcheur est de retour. Une vague de "froid" due à une dépression balaie en ce moment le fenua. Et ce phénomène ne devrait pas être le dernier. La Polynésie est entrée en saison fraîche.

Bora Bora, destination test pour un couloir sanitaire ? 

La perle du Pacifique entre dans le dur de la crise. Le pays et l’État l’ont bien compris, il faut faire vite pour redonner un peu d’air aux acteurs du tourisme. Une délégation s’est rendue aujourd’hui au chevet de l'île. La mise en place d’un "couloir sanitaire", notamment pour les jets privés, est pris très au sérieux. Bora Bora pourrait être une destination test.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV