lundi 21 septembre 2020
A VOIR

|

Tourisme : le gouvernement doit bientôt recevoir les professionnels de l’hôtellerie

Publié le

Sous l’impulsion du ministère du Tourisme et du Travail, le Conseil des Professionnels de l’Hôtellerie (CPH), principale organisation syndicale patronale du secteur, devrait participer, dans les prochains jours, à une réunion avec les partenaires sociaux, visant à la mise en place de mesures fortes et innovantes pour le secteur. Les co-directeurs du CPH, Thierry Brovelli (directeur général Intercontinental Tahiti Resort & Spa), Didier Lamoot (directeur général Sofitel Tahiti La Ora Beach Resort) et Christophe Guardia (directeur général Tahiti Pearl Beach Resort & Spa), ont accepté de répondre à nos questions.

Publié le 21/04/2020 à 8:51 - Mise à jour le 23/04/2020 à 9:18
Lecture 2 minutes

Sous l’impulsion du ministère du Tourisme et du Travail, le Conseil des Professionnels de l’Hôtellerie (CPH), principale organisation syndicale patronale du secteur, devrait participer, dans les prochains jours, à une réunion avec les partenaires sociaux, visant à la mise en place de mesures fortes et innovantes pour le secteur. Les co-directeurs du CPH, Thierry Brovelli (directeur général Intercontinental Tahiti Resort & Spa), Didier Lamoot (directeur général Sofitel Tahiti La Ora Beach Resort) et Christophe Guardia (directeur général Tahiti Pearl Beach Resort & Spa), ont accepté de répondre à nos questions.

L’ensemble des hôtels sont fermés au public depuis le 28 mars et n’ont pas annoncé, pour le moment, de date de réouverture. L’activité, dans ces établissements, a été restreinte au minimum depuis presque un mois et les équipes réduites au maximum. En ce qui concerne les salariés sans activité, seront-ils payés ? Et jusqu’à quand ? Thierry Brovelli (Intercontinental Tahiti) nous explique que « les établissements n’ont plus de travail à leur fournir donc la contrepartie salaire ne peut aujourd’hui être envisagée. Conformément aux nouvelles dispositions, ils soldent leurs congés payés puis dépendront des aides du Pays pour faire vivre leur famille »

Parallèlement à ces aides pour les salariés, le gouvernement devrait mettre en place le dispositif exceptionnel de sécurisation de l’emploi (DIESE) qui sera débattu au cours d’une réunion avec les partenaires sociaux dans les prochains jours. L’objectif principal de ce dispositif est de permettre aux entreprises de se relancer après la crise. Les co-directeurs du CPH discutent d’ores et déjà des mesures qui, selon eux, doivent faire partie de ce dispositif exceptionnel. En voici quelques exemples :

– le baisse des charges et des cotisations, y compris les prestations CPS si besoin.

– la révision de la législation sur les logements à la location afin de favoriser les établissements qui payent des charges.

– engager un travail de fond sur les lois qui régissent le marché de travail

« repositionner la Polynésie sur l’échiquier touristique mondial « 

Pour le CPH, « l’objectif est de repositionner la Polynésie sur l’échiquier touristique mondial ». Pour cela il faut envisager toutes les pistes de relance. « L’expérience de 2008 (crise financière) nous a montré qu’une action commune du GIE, des hôteliers et des aériens, fonctionne. Il faudra appuyer sur cette action combinée des trois parties notamment avec des initiatives commerciales fortes et coordonnées ».

Il est également important d’anticiper l’impact de cette crise dans l’esprit des futurs touristes. Toujours selon Thierry Brovelli, « compte tenu des nouvelles attentes clients qui vont devenir des facteurs de différentiation, il faudra mettre en avant les atouts de la destination : sécurité sanitaire, tourisme raisonnable opposé au tourisme de masse et grande métropole. »

La situation de ces hôtels, dont dépendent beaucoup de Polynésiens, est aujourd’hui très délicate. Tous les grands groupes auxquels appartiennent ces hôtels sont en réalité des marques. Ils n’ont pas vocation à offrir un soutien financier. La direction de la CPH, nous précise que ces groupes « apportent une expérience et un soutien technique pour la mise en sommeil physique d’un établissement ou la gestion des annulations par exemple ». Il souligne également qu’ils n’ont pas reçu d’aide particulière de leurs assurances ni de leurs banques. Ces dernières suivent, pour le moment, les programmes d’aides du gouvernement. Christophe Guardia (Tahiti Pearl Beach & Spa) conclut en déclarant : « nous sommes dans l’attente de la DIESE pour envisager de poursuivre le maintient accompagnés des contrats de travail ou la mise en place de plans sociaux. »

La mise en place de mesures efficaces, de soutien et de relance, aura des conséquences sur toute l’économie, car comme nous le précise Thierry Brovelli (Intercontinental Tahiti), « on sait qu’un emploi direct dans le tourisme génère environ 2,5 emplois indirects ».

REPORTAGELoik

infos coronavirus

Covid-19 : Bientôt des tests antigéniques au fenua

Le ministre de la Santé Jacques Raynal a annoncé la commande de 30 000 tests antigéniques en Nouvelle-Zélande. Ces tests plus rapides vont permettre aux autorités sanitaires de soulager des procédures lourdes en laboratoire. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et sont-ils vraiment fiables ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV