mardi 18 mai 2021
A VOIR

|

Prix du thon à la hausse : les pêcheurs s’expliquent

Publié le

Depuis le début du confinement, les secteurs de la pêche hauturière et côtière tournent au ralenti. Les pêcheurs et coopératives redoublent d’effort pour vendre leurs poissons, et ont donc dû réorganiser leur activité.

Publié le 19/04/2020 à 17:35 - Mise à jour le 19/04/2020 à 17:35
Lecture 2 minutes

Depuis le début du confinement, les secteurs de la pêche hauturière et côtière tournent au ralenti. Les pêcheurs et coopératives redoublent d’effort pour vendre leurs poissons, et ont donc dû réorganiser leur activité.

Des pêcheurs de Arue ont fait une bonne pêche aujourd’hui, ils ont profité de la mer calme pour passer une nuit à l’extérieur de Tetiaroa. La plupart de leurs prises sont déjà réservées, mais ce n’est pas toujours facile pour les vendre. « On ne peut plus les suspendre en bord de route. On les met dans des glacières dans la cour et avec une pancarte en bord de route. Les clients viennent un par un pour les acheter » nous explique Caroline Tehahe, pêcheuse.

Coup de FIU

Posted by Laetitia Laman Manarani on Saturday, April 18, 2020


La coopérative ne reçoit plus de public depuis le début du confinement. Laman Manarani, marayeur et gérant de la société Fresh Fish, a dû lui réorganiser son activité autour de la livraison : « Le client nous appelle, il commande, et on livre le poisson chez lui. C’est la solution parce que sinon, on ne pourrait pas s’en sortir. (…) Parfois, dans les familles de pêcheurs, le seul à ramener de l’argent dans son foyer, c’est le mari, le pêcheur. Du coup, il ne peut pas rester confiné chez lui ».

Et pour attirer ses clients, rien de tel que les réseaux sociaux pour les informer. Ici on écaille et on nettoie aussi le poisson avant de livrer frais :


La demande est toujours importante pour les poissons pélagiques. Le thon et le thazard se vendent plus cher que d’habitude. « Il n’y a plus les restaurants, il n’y a plus les hôtels… Ça c’est arrêté net. Du coup, les thoniers ne sont plus retournés pêcher. Et même les pêcheurs, les quelques thoniers qui reviennent, là, on voit qu’il n’y a pas beaucoup de poissons, du coup le prix, il va flamber. Il n’y a pas de poisson et le prix flambe, c’est normal » précise Laman Manarani.

Merci à ce pêcheur professionnel @Nui Mano pour son soutien. Mauruuru et bonne pêche frangin. Faaitoito 😎

Posted by FRESH FISH on Saturday, April 18, 2020


Le complexe sportif de Arue a été exceptionnellement ouvert aux clients jeudi dernier pour qu’ils puissent récupérer leurs poissons. Une opération qui devrait être répétée la semaine prochaine.

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...