A VOIR

|

Session budgétaire : le gouvernement annonce le renforcement du bouclier anti-inflation

Publié le

En septembre dernier, Édouard Fritch avait annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et préserver le pouvoir d’achat des Polynésiens. Parmi les nouvelles mesures, 3 milliards du Pays pour stabiliser le prix des hydrocarbures, la nouvelle revalorisation de 5 Fcfp du prix d’achat du coprah au 1er novembre, ou encore l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire.

Publié le 13/10/2022 à 11:31 - Mise à jour le 14/10/2022 à 9:53
Lecture 2 minutes

En septembre dernier, Édouard Fritch avait annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et préserver le pouvoir d’achat des Polynésiens. Parmi les nouvelles mesures, 3 milliards du Pays pour stabiliser le prix des hydrocarbures, la nouvelle revalorisation de 5 Fcfp du prix d’achat du coprah au 1er novembre, ou encore l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire.


Dans la troisième séance de la session budgétaire de l’assemblée ce jeudi (à (re)voir ICI), le gouvernement s’est engagé à préserver le pouvoir d’achat des Polynésiens face à l’inflation, au travers de nouvelles dépenses : “Ce sont déjà plus de 16 milliards qui ont été dépensés en 2022 par le Pays pour amortir les effets d’une inflation mondiale. Des dispositions futures en faveur du pouvoir d’achat, que je vous proposerai avant la fin de cette année, viendront compléter la liste de mesures”, a notamment précisé le président du Pays Édouard Fritch.

Outre la révision de la liste des PPN et des PGC, le gouvernement maintient le cap pour atténuer conséquences de la hausse du prix du pétrole à l’international, via l’intervention du Fonds de régulation du prix des hydrocarbures (FRPH), avec l’injection de 3 milliards de Fcfp supplémentaires.

Côté prestations sociales, les allocations familiales sont augmentées pour les trois régimes, avec une revalorisation de 5 000 Fcfp, ce qui concernerait “près de 30 000 familles polynésiennes et 62 000 enfants”.

À noter que le gouvernement revalorise également le minimum vieillesse de 5 000 Fcfp.

Et à compter du 1er novembre, le coprah sera revalorisé de 5 Fcfp le kilo “afin de soutenir les coprahculteurs des îles. L’impact est de 10 millions de F CFP sur l’exercice en cours. Un amendement vous sera proposé et je ne doute pas du résultat de votre vote”. Pour rappel, il avait déjà été augmenté de 5 Fcfp au 1er mars 2022.

Pour financer ces dépenses (274 millions sur le budget général), le gouvernement actionne le levier fiscal : “nous vous proposons d’augmenter, sans risque, les prévisions de recettes de l’impôt sur le bénéfice des sociétés (IS) de 874 millions Fcfp et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à l’importation pour 600 millions Fcfp“. À cela s’ajoute la convention de mise en œuvre de l’aide alimentaire exceptionnelle accordée par l’Etat, signée avec le Haut-commissaire de la République.

LES NOUVELLES MESURES ANNONCÉES :

  • Stabilisation du prix des hydrocarbures jusqu’à la fin de l’année : 3 milliards inscrits au FRPH qui s’ajoutent au 7 milliards déjà versés, ce qui porte sur l’année 2022 le montant total du soutien au FRPH à 10 milliards.
  • Augmentation des allocations familiales pour les trois régimes + 5 000 FCFP à compter de décembre 2022 : 30.000 familles et 62.000 enfants concernés.
  • Augmentation du minimum vieillesse de + 5 000 FCFP, passant à 85 000 FCFP : 17 000 polynésiennes et polynésiens concernés
  • Allocation de rentrée scolaire augmentée
  • Aide alimentaire exceptionnelle de l’État (215 millions de FCFP) qui servira à soutenir 12.500 familles recensées par les services sociaux du pays, et cela avant la fin de l’année
  • Revalorisation de 5 FCFP du prix d’achat du coprah au 1er novembre 2022