dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Covid-19 : Air Tahiti Nui et les hôtels accusent le coup

Publié le

La propagation du Covid-19 dans le monde impacte l’économie touristique. Hôtels, compagnies aériennes et maritimes accusent déjà des pertes face à l’évolution du virus avec des voyages reportés ou annulés. En Polynésie, destination encore indemne, les hôtels s’inquiètent et ont du mal à prévoir la saison touristique qui débute.

Publié le 06/03/2020 à 16:38 - Mise à jour le 06/03/2020 à 16:51
Lecture 2 minutes

La propagation du Covid-19 dans le monde impacte l’économie touristique. Hôtels, compagnies aériennes et maritimes accusent déjà des pertes face à l’évolution du virus avec des voyages reportés ou annulés. En Polynésie, destination encore indemne, les hôtels s’inquiètent et ont du mal à prévoir la saison touristique qui débute.

L’impact du coronavirus est encore difficile à chiffrer pour les professionnels du tourisme. Mais les pertes sont déjà conséquentes dans les hôtels, du moins sur le court terme. Ils accusent le coup avec l’annulation et le report de deux événements internationaux : le ParauParau Tahiti et la visite officielle du président Macron.

« Ce sont des pertes sèches à court terme. On a l’espoir que ce soit reporté, surtout la venue d’Emmanuel Macron. (…) Jusqu’à présent, les mesures concernaient des marchés qui étaient peu présents sur notre destination à savoir la Chine ou le Japon, donc il n’y a pas eu d’impact majeur. Mais maintenant que les mesures vont concerner le monde entier, comme les États-Unis et la France, qui sont nos gros marchés, on peut craindre que ces mesures vont entraîner des annulations. (…) S’il y a des annulations massives, cela aurait forcément des impacts socio-économiques importants » explique Christophe Guardia, co-président du Conseil des Professionnels de l’Hôtellerie (CPH).

Dans le secteur de l’aérien, l’association internationale du transport aérien l’a annoncé : 2020 sera une année difficile pour les compagnies, et notamment dans la région Asie-Pacifique.

Air Tahiti Nui a décidé d’annuler jusqu’en juin, l’un de ses deux vols hebdomadaires entre Papeete et Tokyo.  La compagnie au tiare réduit donc sa voilure vers le Japon. D’autres compagnies ont dû faire des coupes encore plus sèches dans leur réseau.

L’évolution du Covid-19 est préoccupante, il est présent dans nos pays voisins. Au fenua, les touristes restent cependant confiants. « Nous allons continuer de voyager bien-sûr, mais nous suivons de près l’actualité, C’est un peu angoissant, mais j’essaie de ne pas trop m’inquiéter. Je vais laver mes mains au savon régulièrement et si je croise une personne qui tousse, j’évite de m’approcher » confie Carol Groth, une touriste américaine.

Dans les hôtels, des réservations ont déjà été annulées. Le conseil des professionnels de l’hôtellerie s’inquiète à l’approche de la saison touristique.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV