jeudi 9 décembre 2021
A VOIR

|

Chute conséquente de l’emploi sur un an

Publié le

Plus de 3000 emplois salariés ont été détruits entre les mois de décembre 2019 et 2020. Les ravages de la crise sanitaire… mais la Polynésie est parvenue à amortir le choc, qui s’annonçait bien plus violent après la chute libre au deuxième trimestre de l’an dernier. C'est ce que démontre l'ultime point de conjoncture sur l'emploi marchand publié par l'Institut de la Statistique de Polynésie française...

Publié le 17/02/2021 à 15:39 - Mise à jour le 17/02/2021 à 16:45
Lecture 2 minutes

Plus de 3000 emplois salariés ont été détruits entre les mois de décembre 2019 et 2020. Les ravages de la crise sanitaire… mais la Polynésie est parvenue à amortir le choc, qui s’annonçait bien plus violent après la chute libre au deuxième trimestre de l’an dernier. C'est ce que démontre l'ultime point de conjoncture sur l'emploi marchand publié par l'Institut de la Statistique de Polynésie française...

5,3% c’est le niveau de déclin de l’emploi sur un an entre les mois de décembre 2019 et 2020. Depuis quatre ans, cet indice était au contraire positif de plus de 2,6% en moyenne…

La chute est réelle, mais on évite une crise bien plus forte du marché de l’emploi. En avril dernier, le secteur marchand reculait de près de 10% : la baisse la plus brutale jamais enregistrée. L’hôtellerie restauration perdait 20%. Mais depuis le marché de l’emploi a su rebondir et amortir la chute.

“Les mesures d’aides mises en place à la fois par le Pays et par l’Etat, ont limité la casse”, souligne le directeur de l’Institut de la Statistique de Polynésie française, Nicolas Prud’homme. “Par contre, il y a une forte hétérogénéité au niveau de cet indice. On va avoir des secteurs type commerce-construction, qui, même s’ils ont connu une baisse, vont avoir un impact limité. A l’inverse, la crise économique touche beaucoup l’hébergement, l’hôtellerie et la restauration”.

85 200 actifs recensés au fenua

Aujourd’hui, 67 000 salariés sont insérés sur le marché du travail. 12 000 sur des postes de fonctionnaires. Une répartition qui permet de tenir le choc en terme d’emplois. Les incertitudes qui demeurent concernent notamment les prêts de soutien aux entreprises. Comment va évoluer la situation en 2021? Sous quel délai faudra-t-il rembourser ces prêts? Difficile d’y voir clair…

Au début de la crise, on parlait de près de 20 000 emplois menacés. Nous en sommes pour l’instant loin…

Les secteurs les plus touchés sont l’hébergement, à hauteur de 40% et la restauration qui perd 15% .

L’impact n’est pas uniforme sur ce dernier secteur. La restauration collective est la plus impactée, mais une près d’une dizaine de restaurants ont néanmoins fermé définitivement leurs portes sur la zone urbaine ces dernières semaines.

“Ca dépend ce que l’on considère comme étant un restaurant”, nuance Nicolas Prud’homme. Dans la restauration collective, par exemple, sous contrat avec les aéroports, là, la baisse de touristes se fait sentir. Même chose pour les débits de boissons et les boites de nuit, qui sont fermés, et qui n’ont pas d’alternatives possibles. A l’inverse, la restauration rapide, même si elle connaît une baisse de l’ordre de 8% de l’emploi salarié, est relativement épargnée par rapport à l’ensemble du secteur.”

Un panel de mesures de soutien étudié cette semaine à Tarahoi

Jeudi, l’Assemblée étudiera en séance extraordinaire toutes les mesures d’urgence en matière économique, et notamment concernant le soutien à l’emploi… des mesures, qui ne pourront être que très provisoires, a rappelé le président du Pays.

infos coronavirus