mercredi 25 novembre 2020
A VOIR

|

Annulation de la Tahiti Pro Teahupoo : quelles conséquences économiques ?

Publié le

Depuis la confirmation de l’annulation de la Tahiti Pro Teahupoo 2020, beaucoup se sont posé la question du devenir de certains prestataires qui tiraient des bénéfices conséquents de cette compétition. Eléments de réponse.

Publié le 20/07/2020 à 9:37 - Mise à jour le 20/07/2020 à 9:37
Lecture < 1 min.

Depuis la confirmation de l’annulation de la Tahiti Pro Teahupoo 2020, beaucoup se sont posé la question du devenir de certains prestataires qui tiraient des bénéfices conséquents de cette compétition. Eléments de réponse.

« Normalement on est habitué de ramasser les millions pendant les compétitions, mais là il n’y a plus de millions, lance Didier Parker, pêcheur professionnel. Mais ce n’est pas un problème pour nous, on vit de la pêche. Ce n’est pas du tout un problème. On veut aussi éviter cette maladie, c’est dangereux. »

Didier fait partie des nombreux habitants de Teahupoo qui préfèrent privilégier la santé à l’argent. Depuis 1997, le spot de Havae voit s’affronter une fois par an les meilleurs surfeurs de la planète. Mais cette année, il faudra faire sans.

Cindy Otcenasek, pilote de bateau pendant la compétition, devra simplement continuer son activité de taxi boat. « J’ai une activité qui tourne toute l’année, confie-t-elle. Je ne suis pas comme certaines familles qui attendent la compétition de surf pour un vrai apport économique à cette période de l’année. C’est vrai que c’est négatif dans le sens où ça n’apporte pas le petit apport qu’on a en août, mais après on va dire qu’on rend le spot de surf aux surfeurs locaux. »

Depuis le mois de mars, la priorité des autorités du Pays et de la commune est l’organisation des épreuves de surf des Jeux Olympiques de 2024.

« On a eu des rencontres avec le comité de Jeux olympiques qui nous a exposé un peu ce grand projet, explique Tetuanui Hamblin, le maire de Taiarapu Ouest. Il y aura beaucoup de choses qui vont se faire, il y aura beaucoup de préparation, sur terre comme sur mer, au niveau de la compétition qui va se faire chez nous en 2024. »

Il est question de bâtir de nouvelles structures comme des routes ou encore un village pour les compétiteurs. Des discussions vont être entamées avec les propriétaires terriens et les prestataires de Teahupoo.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.