mardi 22 septembre 2020
A VOIR

|

Allègement du confinement : coiffeurs, magasins… une reprise adaptée et en douceur

Publié le

L’activité économique redémarre aujourd'hui dans plusieurs secteurs. Les magasins de sport, de textile ou encore les coiffeurs et salons d'esthétique s’adaptent donc en appliquant les gestes barrières. Difficile pour l’heure d’estimer les pertes de chiffres d’affaires. Il faut relancer progressivement les ventes et services dans un contexte économique toujours au ralenti.

Publié le 29/04/2020 à 16:47 - Mise à jour le 29/04/2020 à 17:03
Lecture 4 minutes

L’activité économique redémarre aujourd'hui dans plusieurs secteurs. Les magasins de sport, de textile ou encore les coiffeurs et salons d'esthétique s’adaptent donc en appliquant les gestes barrières. Difficile pour l’heure d’estimer les pertes de chiffres d’affaires. Il faut relancer progressivement les ventes et services dans un contexte économique toujours au ralenti.

Dans une enseigne d’articles de sport du centre-ville de Papeete, il est désormais impossible d’entrer sans porter un masque de protection. Les mesures barrières y sont appliquées de manière stricte tant pour le personnel que la clientèle. Dès l’entrée, les mains sont obligatoirement nettoyées et seuls 8 clients à la fois sont autorisés à circuler entre les rayons.

Dans un magasin de sport de la capitale (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Pour tous les magasins, c’est normal, ça rassure beaucoup » confie Puarani, un client venu acheter une paire de chaussures pour reprendre le sport avec sa compagne. « On est allés dans quatre magasins ce matin, et partout, il y a ces mesures » poursuit-il.

Lire aussi > Reprise de l’activité économique : les recommandations par secteur

Un sens de circulation est mis en place pour accéder aux caisses et des marquages au sol rappellent les distances à maintenir. Pour faire les essayages des chaussures, les vendeurs se tiennent à l’écart derrière une table. Et avec cette réouverture, certains rayons sont plus prisés que d’autres. « Il y a des rayons qui ont mieux fonctionné. Le secteur des piscines au début du confinement. En plein milieu, c’est les équipements du secteur du fitness pour équiper les sportifs qui avaient besoin chez eux de s’activer. Et aujourd’hui, le magasin redémarre avec les secteurs du vélo et des chaussures de course à pied, car on a tous envie de prendre l’air ! » déclare Stéphanie Agudelo, responsable du magasin.

Dans une boutique de vêtements, les règles sanitaires sont affichées. Des plexiglass sont fixés devant les caisses. Mais tous les clients n’ont pas encore le réflexe de porter un masque.

Lire aussi > Covid-19 : comment fabriquer un masque en tissu, comment l’utiliser et l’entretenir

La reprise de l’activité économique se fait lentement. Le secteur du textile enregistre une forte baisse et les stocks se sont accumulés. Quelques clients passent plus par curiosité que pour acheter. « Je suis venu voir s’il y avait des promotions pour les consommateurs » admet Hantz, un client.

La crise sanitaire entraîne avec elle une crise économique et la crainte d’une baisse du pouvoir d’achat. Difficile pour ces magasins d’évaluer, pour l’heure, les pertes de chiffre d’affaires de ces cinq dernières semaines.

Et du côté des métiers « de contact » ?

Ce 29 avril marquait aussi le jour de réouverture des coiffeurs, esthéticiennes ou encore salons de manucure, dont les carnets de réservations affichent complets. Ils ont dû se réorganiser pour accueillir le public dans de bonnes conditions tout en respectant les gestes barrières, ce qui n’est pas facile lorsqu’on pratique un métier dit « de contact ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Après plus d’un mois de fermeture, Flora Léon a rouvert son salon d’esthétique, ce matin. Avant de pratiquer des soins, désormais, obligation de se mettre du gel hydro-alcoolique : « Le premier geste, c’est de se désinfecter les mains. Ensuite, on installe le client dans la cabine. Et s’il y a deux clients qui arrivent entre-temps, j’ai suffisamment d’espace pour respecter la distanciation sociale ». Dans la cabine, un autre lavage des mains, et les soins peuvent commencer. Le port du masque est également imposé. Et malgré ces nouvelles mesures, « c’est un plaisir de recevoir mes clientes » confie la gérante.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Pour les salons de coiffure, le quotidien au travail a aussi changé. Finie la salle d’attente, c’est un client par coiffeur et des plages horaires élargies : « On ouvre le lundi, et on va ouvrir le 1er mai au matin » explique Freddy Reif, gérant d’un salon de coiffure. « Au niveau sécurité, on désinfecte le matériel après chaque client. On met à disposition des clients et du personnel des gels désinfectants, nous avons des lingettes.. Il faut surtout éviter qu’il y ait un grand nombre de personnes qui attendant au salon, donc en fait, on n’a pas d’attente dans le salon » ajoute le gérant. En revanche, pas de port du masque pour le client : « Techniquement, on ne peut pas leur laisser le masque pour pouvoir travailler. On essaie de faire au mieux » précise-t-il.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Préserver la santé du client tout en lui donnant satisfaction reste difficile lorsqu’on pratique un métier de contact, mais la réouverture des salons de coiffure était très attendue.

Ils étaient aussi nombreux à vouloir se rendre dans un salon de manucure. Fini de se faire soi-même les ongles à la maison. Alexandra Prot accueille à nouveau sa clientèle. Pour elle, pas de grand changement : « On a déjà l’habitude de bien désinfecter les mains de nos clientes, de bien désinfecter nos postes de travail… De toute façon, cela fait partie de notre métier déjà, à la base. Donc on a rajouté la désinfection de la poignée de la porte, la désinfection des chaises etc. ».

Tous ces aménagements ont un coût pour les entreprises, mais qu’importe, le bonheur de retrouver une activité et de renouer le contact avec ses clients n’a pas de prix…

infos coronavirus

Covid-19 : Bientôt des tests antigéniques au fenua

Le ministre de la Santé Jacques Raynal a annoncé la commande de 30 000 tests antigéniques en Nouvelle-Zélande. Ces tests plus rapides vont permettre aux autorités sanitaires de soulager des procédures lourdes en laboratoire. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et sont-ils vraiment fiables ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Trois personnes, dont un roulottier de Faa’a, arrêtées pour...

Deux hommes, dont le propriétaire d’une roulotte de Faa’a, ainsi qu’une jeune femme, ont été interpellés en milieu de semaine dernière par les gendarmes de la brigade de recherches. Ils sont suspectés d’avoir importé environ 400 grammes d’ice au cours de trois voyages à Hawaii, en février et mars 2019.

34 muto’i stagiaires en formation

Ils apprennent les rudiments du métier de policier municipal. 34 stagiaires ont endossé l’uniforme et découvrent les différentes facettes de la profession....

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV