mercredi 12 mai 2021
A VOIR

|

Vidéo – Heiva Tārava Tuhaa Pae : les Australes ont enchanté le public

Publié le

Publié le 04/11/2017 à 13:26 - Mise à jour le 04/11/2017 à 13:26
Lecture < 1 min.

Objectif de l’événement : mettre à l’honneur le chant traditionnel. Lors du grand Heiva i Tahiti, on voit souvent des téléspectateurs quitter les gradins au moment des himene… Créer un événement particulier pour les chants permet de les mettre en valeur. « La danse, c’est un plaisir des yeux, mais pour le chant, c’est l’oreille qu’on demande, et comprendre aussi les paroles », essaie d’expliquer Mama Iopa ,enseignante au conservatoire et plusieurs fois membre et présidente du jury au Heiva i Tahiti.

« C’est à travers la danse qu’on est connus à travers le monde et le himene tārava n’est pas valorisé, estime Heretaina, spectatrice originaire des Australes.  C’est peut-être pour ça que les jeunes tahitiens ne s’y intéressent pas. Le himene fait peut-être trop « vieux » même si ce n’est pas mon avis. »  

Loin d’être ennuyeux, les chants traditionnels sont très riches et très différents selon les îles. La première édition du Heiva tārava était consacrée au tārava Tahiti, la seconde au tārava Raromatai. Les tārava Tuhaa pae présentent encore des sonorités différentes des autres archipels.
Et entre les îles Australes , les chants se distinguent aussi : « Chaque île aux Australes a ses spécificités (…) les groupes ont chanté le perepere (voix aigüe, NDLR) Raivavae, le perepere  Rimatara, le perepere Rurutu. Ce n’est pas du tout pareil (…) la différence c’est la mélodie »

Rédaction web (Interview JB Calvas)

Mama Iopa, enseignante au conservatoire

infos coronavirus