mercredi 6 juillet 2022
A VOIR

|

Portrait : Kahu Kaiha, “Hakamaker”

Publié le

Kahuetahi Kaiha est compositeur et chorégraphe de la troupe marquisienne Kakaia. Avant d’en devenir leader, il a dansé avec bon nombre d’autres groupes dès l’âge de 13 ans. Aujourd’hui, à 22 ans, il réside à Aotearoa pour y poursuivre son rêve : faire du cinéma. Retour sur le parcours de cet enfant de Ua Pou qui inspire bon nombre de jeunes Marquisiens.

Publié le 25/12/2019 à 10:00 - Mise à jour le 03/02/2020 à 13:41
Lecture 2 minutes

Kahuetahi Kaiha est compositeur et chorégraphe de la troupe marquisienne Kakaia. Avant d’en devenir leader, il a dansé avec bon nombre d’autres groupes dès l’âge de 13 ans. Aujourd’hui, à 22 ans, il réside à Aotearoa pour y poursuivre son rêve : faire du cinéma. Retour sur le parcours de cet enfant de Ua Pou qui inspire bon nombre de jeunes Marquisiens.

“J’ai eu la chance de grandir dans la vallée de Hakahetau et non à Hakahau, où plein d’enfants ne parlaient déjà plus marquisien à l’époque. C’est aussi comme ça que j’ai connu les jeunes des différentes vallées de Ua Pou, dont certains ont intégré Kakaia aujourd’hui.”

Jeune homme déterminé et tourné vers sa culture, Kahu a dansé et chorégraphié pour des groupes marquisiens influents depuis qu’il a treize ans : Kaipeka ote Kaikaiana, Takitoa, Toavii Fenua. Il s’est également essayé au ‘ori tahiti auprès de Tahiti Hura et Tamariki Poerani, avec qui il gagne le Heiva en 2007. “Faire du ‘ori tahiti m’a apporté de la douceur, de la cohésion.”

Parallèlement, se construit l’aventure Kakaia. “La culture, c’est un peu de danse mais c’est surtout une manière de vivre. J’ai grandi dans une famille d’artistes dont les gestes quotidiens m’ont inspiré : manger, chasser, pêcher, sculpter, tatouer etc. C’est un besoin de créer.”

(crédit photo : Jason Manumua)

Si Kahu a quitté sa terre natale de Ua Pou à 13 ans pour étudier à Tahiti, il s’envole ensuite vers la Nouvelle-Zélande à 19 ans, après une licence de LEA à l’Université de Polynésie française. Car il veut devenir acteur pour “fixer ses créations”, car le cinéma “c’est le futur”, “le digital s’inscrit dans la durée”.

Le jeune Marquisien suit donc une formation à la South Seas Film & Television School. “Quand tu es acteur, tu te reconnectes à ton identité, à ce que tu es, à ta voix, ton corps, ton énergie”. À côté de cela, Kahu suit des cours de cascades et pratique le jiu jitsu. Il a également participé à la Royal Polynesia Fashion Week 2018.

(crédit photo : Maronui Taimana)

Kahu voyage également dans le cadre d’échanges culturels réguliers : Rapa Nui, mais aussi Rarotonga où le jeune ènana vit l’expérience du Te Maeva nui (l’équivalent du Heiva i Tahiti) avec le groupe Manihiki. Le crédo de Kahu ? “‘Ààhi to koe àti, eia to koe vaànui, mener ton groupe, telle est ta mission.”

Les projets de Kakaia dans l’immédiat ? Se rendre aux Samoa pour participer au Te Uila festival ainsi qu’au Merrie Monarch Festival, à Hawaii.

infos coronavirus