dimanche 28 février 2021
A VOIR

|

Portrait : Kahu Kaiha, « Hakamaker »

Publié le

Kahuetahi Kaiha est compositeur et chorégraphe de la troupe marquisienne Kakaia. Avant d’en devenir leader, il a dansé avec bon nombre d’autres groupes dès l’âge de 13 ans. Aujourd’hui, à 22 ans, il réside à Aotearoa pour y poursuivre son rêve : faire du cinéma. Retour sur le parcours de cet enfant de Ua Pou qui inspire bon nombre de jeunes Marquisiens.

Publié le 25/12/2019 à 10:00 - Mise à jour le 03/02/2020 à 13:41
Lecture 2 minutes

Kahuetahi Kaiha est compositeur et chorégraphe de la troupe marquisienne Kakaia. Avant d’en devenir leader, il a dansé avec bon nombre d’autres groupes dès l’âge de 13 ans. Aujourd’hui, à 22 ans, il réside à Aotearoa pour y poursuivre son rêve : faire du cinéma. Retour sur le parcours de cet enfant de Ua Pou qui inspire bon nombre de jeunes Marquisiens.

« J’ai eu la chance de grandir dans la vallée de Hakahetau et non à Hakahau, où plein d’enfants ne parlaient déjà plus marquisien à l’époque. C’est aussi comme ça que j’ai connu les jeunes des différentes vallées de Ua Pou, dont certains ont intégré Kakaia aujourd’hui. »

Jeune homme déterminé et tourné vers sa culture, Kahu a dansé et chorégraphié pour des groupes marquisiens influents depuis qu’il a treize ans : Kaipeka ote Kaikaiana, Takitoa, Toavii Fenua. Il s’est également essayé au ‘ori tahiti auprès de Tahiti Hura et Tamariki Poerani, avec qui il gagne le Heiva en 2007. « Faire du ‘ori tahiti m’a apporté de la douceur, de la cohésion. »

Parallèlement, se construit l’aventure Kakaia. « La culture, c’est un peu de danse mais c’est surtout une manière de vivre. J’ai grandi dans une famille d’artistes dont les gestes quotidiens m’ont inspiré : manger, chasser, pêcher, sculpter, tatouer etc. C’est un besoin de créer. »

(crédit photo : Jason Manumua)

Si Kahu a quitté sa terre natale de Ua Pou à 13 ans pour étudier à Tahiti, il s’envole ensuite vers la Nouvelle-Zélande à 19 ans, après une licence de LEA à l’Université de Polynésie française. Car il veut devenir acteur pour « fixer ses créations », car le cinéma « c’est le futur », « le digital s’inscrit dans la durée ».

Le jeune Marquisien suit donc une formation à la South Seas Film & Television School. « Quand tu es acteur, tu te reconnectes à ton identité, à ce que tu es, à ta voix, ton corps, ton énergie ». À côté de cela, Kahu suit des cours de cascades et pratique le jiu jitsu. Il a également participé à la Royal Polynesia Fashion Week 2018.

(crédit photo : Maronui Taimana)

Kahu voyage également dans le cadre d’échanges culturels réguliers : Rapa Nui, mais aussi Rarotonga où le jeune ènana vit l’expérience du Te Maeva nui (l’équivalent du Heiva i Tahiti) avec le groupe Manihiki. Le crédo de Kahu ? « ‘Ààhi to koe àti, eia to koe vaànui, mener ton groupe, telle est ta mission. »

Les projets de Kakaia dans l’immédiat ? Se rendre aux Samoa pour participer au Te Uila festival ainsi qu’au Merrie Monarch Festival, à Hawaii.

infos coronavirus