mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Kassav’ au fenua pour son 40ème anniversaire

Publié le

C'est la deuxième fois que Kassav' vient au fenua, et cette fois, c'est pour son 40ème anniversaire ! Ils joueront ce soir à To'ata. Jacob Desvarieux, le chanteur du groupe de zouk, était notre invité :

Publié le 18/10/2019 à 10:36 - Mise à jour le 18/10/2019 à 10:36
Lecture 2 minutes

C'est la deuxième fois que Kassav' vient au fenua, et cette fois, c'est pour son 40ème anniversaire ! Ils joueront ce soir à To'ata. Jacob Desvarieux, le chanteur du groupe de zouk, était notre invité :

40 ans, cela se fête ! Est-ce que vous aviez déjà prévu de venir en Polynésie ou est-ce que c’était sur un coup de tête ?
« On est venus il y a 25 ans, et depuis on voulait revenir. Mais il fallait trouver la bonne occasion et trouver plusieurs dates dans la même région, parce que quitte à venir jusque-là il faut faire Wallis, les Vanuatu etc. »

(…)

Vous êtes l’un des membres fondateurs de Kassav’ il y a 40 ans. Vous êtes le groupe qui a fait connaître le zouk à toute la planète. Aujourd’hui, avec le recul, comment appréciez-vous votre parcours ? Est-ce que c’était un combat ou un plaisir de partager tout ça avec la planète entière ?
« Au départ, c’était un combat, puisque ça date des mouvements identitaires, et donc on cherchait quelque chose qui nous permettait de faire connaître au monde entier ce qu’on était. On est Guadeloupéens, Martiniquais… On a telle culture, telle musique… C’est vrai que ça faisait un peu mégalo, surtout pour l’époque. Mais bon, on a tenté. Et de voir le résultat 40 ans après, c’est surtout dans la bouche des journalistes qu’on voit le résultat parce qu’on entend les gens nous dire ‘oui, alors vous avez joué devant tant de personnes, vous avez fait tant de concerts, vous avez fait ci, vous avez fait ça…’, et on se dit effectivement ‘ah ouais quand même, c’est quelque chose !’. (…) On aime bien jouer sur scène, partager ce qu’on fait avec des gens, mais on calculait pas, on se disait pas ‘tiens, ça va faire un de plus' ».

(…)

Aujourd’hui, on va dire qu’un tiers de la planète connaît la mélodie, les paroles de Kasaav’, mais ne comprend pas les textes. Ce n’est pas un manque que la planète ne se soit pas mis au créole depuis toutes ces années ?
« Il s’y sont mis comme ils se sont mis à l’anglais ! Je me rappelle, quand j’avais 14 ans, j’allais voir des groupes anglais, je comprenais pas un mot, -et jusqu’à maintenant d’ailleurs, à part sous la torture je ne parle pas anglais- mais ça ne fait rien, on sent quand même la sincérité des gens, on a l’impression qu’on comprend même sans les mots, alors du coup, on chante avec eux, et c’est ce que les gens font avec nous. On joue au Japon, en Russie, en Europe, en Amérique, en Afrique… Et tous ces gens-là ne parlent pas créole. Mais pour nous, c’est important, parce que si je viens là et que je marche sur votre pied, je suis sûr que vous allez me répondre en tahitien parce que c’est votre langue maternelle et que c’est la langue de l’émotion. Après, vous allez vous rappeler que je parle pas tahitien et vous allez me dire ça en français. Donc voilà, si jamais vous avez une émotion à faire passer, c’est beaucoup plus facile dans votre langue maternelle, et nous on insiste là-dessus. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les dispositifs de sauvegarde de l’emploi divisent les syndicats

Les dispositifs DiESE (Dispositif exceptionnel de sécurisation de l’emploi) et DESETI (Dispositif de sauvegarde de l’emploi des travailleurs indépendants), créés par la loi...

Covid-19 : inquiétude à Nuku Hiva, mais l’assistance s’organise

L’annonce de potentiels cas importés à Nuku Hiva, le jour où la Polynésie se retrouvait délivrée du Covid-19, puisqu’il n’y avait plus de personne atteinte et sous surveillance, a suscité l’inquiétude de la population, hier. Une population dont les moyens sanitaires sont assez limités.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV