mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Des antiquités chinoises s’offrent au regard du public

Publié le

Publié le 14/02/2019 à 15:25 - Mise à jour le 14/02/2019 à 15:25
Lecture < 1 min.

Des urnes funéraires datant de 8000 ans avant J.-C. pour les plus anciennes pièces ; et d’autres objets trouvant leur création au début du XXe siècle pour les pièces les plus récentes…
 
Les 44 œuvres d’art de la collection de Jean Lot, exposées à la présidence de la Polynésie française depuis mardi dernier, nous racontent un petit bout de l’histoire de la Chine.
 
Terre, jade, bronze et porcelaine ont été façonnés par le temps.
 
« J’ai voulu mettre à peu près toutes les périodes, les époques et les dynasties de l’histoire de la Chine, explique Jean Lot. C’est grâce à mes objets que j’ai pu connaître un peu l’histoire de la Chine. Parce que 8000 ans, c’est long à retenir. »
 
C’est suite à une rencontre avec un ami, lui aussi amoureux d’œuvres d’art chinoises, que Jean Lot est devenu collectionneur.
 
Aujourd’hui, il possède près de 200 pièces d’exception, parmi lesquelles un vase Cizhou de la dynastie Sung estimé à plusieurs dizaines de millions de francs.
 
« Cette pièce est exceptionnelle, confie le collectionneur, même certains musées n’ont pas cette pièce. Avant j’avais une collection de tableaux de maître. J’avais un cheval, vendu il y a quelques années. Mon copain m’a dit que si j’avais attendu un an après, au lieu d’avoir 15 ou 20 millions, ce serait 400 millions », dit-il avant d’éclater de rire.
 
Le collectionneur ne compte plus acquérir de nouvelles pièces. Il s’agit d’ailleurs, selon lui, de sa dernière exposition. Une exposition que vous pourrez contempler jusqu’au mardi 19 février.
 

Rédaction web avec Naea Bennett

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Où jeter les masques pour limiter la pollution ? Que...

La crise du Covid-19 entraîne avec elle de nouveaux comportements et surtout de nouveaux déchets tels que les gants en latex, les masques de protection... Jetables, oui, mais n'importe comment et n'importe où, non. Quant aux masques en tissu, plutôt que de les jeter, et si on leur donnait une nouvelle vie ?

Retour de la houle à Teahupoo : les surfeurs au...

Les accros de la glisse avaient rendez-vous ce samedi, à Teahupoo. Ils étaient nombreux à profiter toute la matinée de la grosse houle du Sud qui a touché depuis hier soir la côte ouest de Tahiti.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV