jeudi 2 avril 2020
A VOIR

|

127 ans d’histoire à Papeete : une exposition pour mieux connaitre sa ville

Publié le

Publié le 28/04/2017 à 9:34 - Mise à jour le 28/04/2017 à 9:34
Lecture < 1 min.

La commune de Papeete organise depuis plusieurs années des expositions pour se réapproprier l’histoire de la ville. Cette année, le thème retenu est celui des goélettes.  Le constat effectué après la découverte des îles par les Européens est celui d’un compromis de certaines embarcations, voire la disparition de certaines d’entre elles comme le va’a taurua, pirogue double à voile. Elle était destinée au cabotage pour une appropriation d’une embarcation étrangère – la goélette – dont la première recensée et construite localement date de 1789 par les révoltés de la Bounty.
 
La goélette s’avère, en effet, plus pratique pour le cabotage et le transport de passagers. Elle occupe le paysage marin de cette zone Pacifique et sillonne nos mers pendant près de deux siècles avant de laisser place à des bateaux toujours plus grands construits en différents matériaux.
 
Entre 120 et 130 panneaux seront présentés, ainsi que des objets de collection, des timbres et enveloppes premier jour, des tableaux d’artistes et des projections de films.

L’exposition se tiendra aux premier et deuxième étages de la mairie de Papeete jusqu’au 19 mai. 

Rédaction web avec communiqué

 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les malades polynésiens en confinement à Paris

Le confinement, un malheur qui s’ajoute à d’autres pour les évasanés en hexagone : bouleversement des habitudes malgré le suivi médical, impossibilité de rentrer au pays ces prochaines semaines ou encore fin des visites de courtoisie. D’autant que 16 d’entre eux ont du changer d’hébergement au tout début du confinement après l’apparition d’un cas (non polynésien) parmi les résidents…

Covid-19 : Moetai Brotherson s’entretient avec Annick Girardin

Hier, lors de la session à l’Assemblée, il a été question du silence de l’État face aux demandes du Pays, lui aussi confronté à cette crise du Covid-19. Et ce matin, les parlementaires Polynésiens ont pu s’entretenir durant une heure avec la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, en conférence téléphonique. Tous les sujets ont été abordés, nous explique Moetai Brotherson. Il annonce notamment que les touristes naufragés ne seront pas laissés pour compte, et que des vols exceptionnels devraient être organisés.

La commune de Taiarapu-Est prête à gérer les malades

À la Presqu'île de Tahiti, Anthony Jamet, le maire de Taiarapu-Est a activé son PC de crise il y a 6 jours. Vendredi matin, il a réuni ses chefs de service pour faire un point de situation.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV