dimanche 20 septembre 2020
A VOIR

|

Un ex-détenu de l’île de Manus obtient un prix littéraire pour un livre écrit via WhatsApp

Publié le

Publié le 30/01/2019 à 16:29 - Mise à jour le 30/01/2019 à 16:29
Lecture 3 minutes

Boochani a remporté un prix d’une valeur de 100 000 dollars australiens (environ 7.5 millions de Fcfp) ainsi qu’un second prix de 25 000 dollars australiens (près de 2 millions de Fcfp), mais il n’est toujours pas autorisé à entrer en Australie. Le pays applique une politique stricte à tous les demandeurs d’asile qui arrivent par bateau, et les déplace à Manus ou à Nauru. Aucun n’est jamais autorisé à revenir en Australie, même lorsqu’il est considéré comme véritable réfugié. Le pays espère ainsi décourager les tentatives dangereuses d’atteindre les côtes australiennes par voie maritime.

Le  journaliste se trouve donc toujours sur l’île de Manus en Papouasie Nouvelle-Guinée. Le centre controversé dans lequel il était détenu a été fermé fin 2017. Boochani a été transféré comme des centaines d’autres, dans un logement. 

> Un livre écrit via WhatsApp, en farsi

« WhatsApp était comme mon bureau », a confié Boochani à la BBC  . « Je n’ai pas écrit sur papier, car à ce moment-là, chaque semaine ou chaque mois, les gardes attaquaient notre chambre et perquisitionnaient dans notre propriété. J’avais peur de perdre mes écrits. » Le livre récompensé a été écrit en farsi pendant les années de détention de Boochani dans le centre désormais fermé, principalement par le biais de messages WhatsApp envoyés au traducteur, Omid Tofighian.

Boochani a expliqué avoir décidé de fuir l’Iran à cause de problèmes avec le journalisme lié aux autorités : « Je ne voulais pas aller en prison en Iran, je suis parti et quand je suis arrivé en Australie, ils m’ont mis dans cette prison pendant des années » 
Il a été arrêté pour la première fois en 2013 après être arrivé par bateau de l’Asie du Sud-Est, est devenu la voix la plus connue du système de détention controversé de l’Australie. Il écrit régulièrement pour le journal britannique The Guardian, publie de nombreux tweets sur la vie à Manus et collabore régulièrement avec des détracteurs de la politique australienne. Il a même tourné et co-réalisé un documentaire, toujours à l’aide de son téléphone, sur sa détention.

>>> Lire aussi : Vidéo – Vie et mort des réfugiés dans les camps de Nauru

L’année dernière, les États-Unis ont accepté de réinstaller certains des réfugiés du centre de détention de Manus et de l’île de Nauru. Depuis, plus de 100 réfugiés ont été réinstallés, mais Boochani attend toujours des informations complémentaires après un entretien avec des responsables américains il y a quelques mois. Il a obtenu le statut de réfugié en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais, comme beaucoup, il ne veut pas rester là-bas. « D’une certaine manière, je suis très heureux parce que nous sommes en mesure d’attirer l’attention sur cette situation difficile et  beaucoup de gens ont pris conscience de cette situation, ce qui est génial… Mais de l’autre côté, je sens que je n’ai pas le droit de me réjouir parce que j’ai beaucoup d’amis ici qui souffrent dans cet endroit. La première chose à faire pour nous est d’obtenir la liberté, de quitter cette île et de commencer une nouvelle vie. »

Les juges du prix littéraire ont décrit son livre comme « une œuvre d’art époustouflante et une théorie critique qui échappe à toute description ».
Le règlement du Prix victorien de littérature stipule que les écrivains doivent être citoyens australiens ou résidents permanents. Cependant, le centre Wheeler, qui gère les récompenses de littérature, a accepté de faire une exception pour le livre de Boochani. 

> « Nous sommes des humains »

La politique de l’Australie en matière de réfugiés a été largement couverte par la presse mondiale et critiquée par l’ONU et des groupes mondiaux de défense des droits de l’Homme, bien que certains responsables politiques européens l’aient défendue. Mais Boochani veut que les lecteurs de son livre comprennent ce qu’il dit être une tentative « systématique » de dépouiller les réfugiés et les demandeurs d’asile de leur « identité, humanité et individualité ». « Nous ne sommes pas des anges et nous ne sommes pas méchants », a-t-il déclaré. « Nous sommes des humains, de simples humains, nous sommes des innocents. »

Rédaction web 

Extrait de No Friends But The Mountains

Jours sans plans /
Perdu et désorienté /
Les esprits sont toujours pris dans les vagues de l’océan /
À la recherche de la tranquillité d’esprit dans les nouvelles plaines /
Mais les plaines de la prison sont comme un couloir menant à un gymnase de combattants /

Et l’odeur de sueur chaude partout rend tout le monde fou. Un mois s’est écoulé depuis mon exil à Manus. Je suis un morceau de viande jeté dans un pays inconnu. une prison de crasse et de chaleur. J’habite au milieu d’une mer de gens aux visages tachés et façonnés par la colère, aux visages marqués par l’hostilité. Chaque semaine, un ou deux avions atterrissent dans l’épave d’un aéroport de l’île et des foules de personnes débarquent. Quelques heures plus tard, ils sont jetés dans la prison parmi le vacarme assourdissant des personnes déplacées, comme des moutons dans un abattoir.

 

infos coronavirus

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV