dimanche 26 septembre 2021
A VOIR

|

Samoa : la justice met fin à 15 semaines de crise constitutionnelle

Publié le

La justice samoane a mis vendredi un terme à 15 semaines de crise constitutionnelle dans l'archipel du Pacifique et confirmé que Fiame Naomi Mata'afa en serait bien la première femme Première ministre.

Publié le 23/07/2021 à 11:50 - Mise à jour le 23/07/2021 à 11:53
Lecture < 1 min.

La justice samoane a mis vendredi un terme à 15 semaines de crise constitutionnelle dans l'archipel du Pacifique et confirmé que Fiame Naomi Mata'afa en serait bien la première femme Première ministre.

La crise avait débuté dans la foulée des élections très serrées du 9 avril, quand le Premier ministre sortant Tuilaepa Sa’ilele Malielegaoi, au pouvoir depuis 22 ans, avait refusé de concéder sa défaite.

Fin mai, Mme Mata’afa avait été “investie” Première ministre lors d’une cérémonie improvisée dans les jardins du Parlement, dont les portes avaient été fermées par le pouvoir sortant.

La Cour d’appel des Samoa a annoncé vendredi qu’elle ne reconnaissait pas le gouvernement intérimaire de M. Malielegaoi en estimant que son Parti pour la protection des droits de l’homme (HRPP) occupait illégalement les bureaux du gouvernement.

Elle a également invalidé une précédente décision de la Cour suprême qui avait jugé anticonstitutionnelle l’investiture dans la tente.

“Nous déclarons l’investiture du 24 mai (…) conforme aux termes de la Constitution, la loi suprême des Samoa, et donc légale”, a indiqué la cour d’appel qui avait été saisie par le parti FAST de la Première ministre.

Les Samoa sont devenues indépendantes en 1962, après près d’un demi-siècle sous le statut de protectorat néo-zélandais. A l’exception d’une courte période en coalition en 1986-1987, le HRPP de M. Malielegaoi présidait aux destinées du pays depuis 1982.

Mme Mata’afa est la fille du premier Premier ministre samoan, décédé en 1975. Elle passe pour une pionnière de la cause des femmes dans l’archipel très conservateur et très religieux, majoritairement protestant.

Elle appartenait auparavant au HRPP et fut même l’adjointe de M. Malielegaoi jusqu’à ce qu’elle se brouille avec ce dernier en raison de divergences politiques.

Elle est largement reconnue à l’étranger comme une voix dans le combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que comme une militante engagée contre le réchauffement climatique.

Rédigé par

infos coronavirus