A VOIR

|

Les Fidji se préparent à l’arrivée du cyclone Sarai

Publié le

Le cyclone Sarai se rapprochait vendredi des côtes de l'archipel des Fidji et les autorités ont invité une partie de la population à se réfugier sur les hauteurs en raison d'un risque d'inondation.

Publié le 27/12/2019 à 10:24 - Mise à jour le 27/12/2019 à 10:45
Lecture < 1 min.

Le cyclone Sarai se rapprochait vendredi des côtes de l'archipel des Fidji et les autorités ont invité une partie de la population à se réfugier sur les hauteurs en raison d'un risque d'inondation.


Le service météorologique fidjien a mis en garde contre de fortes précipitations et “des vents violents pouvant provoquer des dégâts” alors que certaines zones situées le long du littoral pourraient être inondées. 

Au moment où le cyclone passera samedi matin au dessus de l’île principale Viti Levu, il devrait être de catégorie 2, avec des vents soufflant en moyenne à 65 km/h accompagnés de rafales pouvant atteindre les 90 km/h.

Des dizaines de personnes ont été évacuées à Lautoka, la deuxième plus grande ville du minuscule archipel, ainsi que sur la petite île d’Ovalau, en raison d’une alerte crue soudaine.

Le bureau de gestion des catastrophe fidjien a ouvert des abris d’urgence et appelé la population à avoir leur “kit d’urgence” prêt.


“Actuellement, 63 personnes ont trouvé refuge dans trois centres” ouverts à travers le pays pour accueillir les personnes contraintes de quitter leur domicile, a indiqué le bureau national de gestion des catastrophes. 

Le programme de milliers de touristes venus passer les fêtes de fin d’année dans ce petit archipel du Pacifique Sud est contrarié par ce cyclone qui a entraîné l’annulation ou le retard de vols.

Les excursions d’une journée en bateau ont été stoppées alors que la compagnie aérienne Fiji Airways a annulé plusieurs vols intérieurs ainsi que des vols à destination de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Des vols pour les États-Unis ont été avancés de plusieurs heures afin d’éviter Sarai.

En 2016, le cyclone Winston avait tué 44 personnes aux îles Fidji, détruit des dizaines de milliers d’habitations et causé pour environ un milliard de dollars de dégâts.