mercredi 27 mai 2020
A VOIR

|

« Gilets jaunes » : Matignon renonce à une partie des premières mesures annoncées mi-novembre… avant de les maintenir

Publié le

Publié le 17/12/2018 à 8:20 - Mise à jour le 17/12/2018 à 8:20
Lecture 2 minutes

Dans le budget 2019 en cours d’adoption à l’Assemblée nationale, l’exécutif comptait notamment renoncer à l’extension du chèque énergie à deux millions de foyers supplémentaires, au « relèvement du barème kilométrique et au doublement de la prime à la conversion », avait indiqué Matignon à l’AFP. Il expliquait que ces mesures ne s’imposaient plus en raison notamment de l’annulation de la hausse des taxes sur le carburant.  

L’économie totale envisagée pour les finances publiques s’élevait à 130 millions d’euros (15.5 milliards de Fcfp) sur les 500 millions (environ 60 milliards de Fcfp) au total que devaient coûter ces premières mesures, desquelles il n’avait pas été envisagé de retirer la hausse de 50 euros en moyenne du chèque énergie au 1er janvier pour les bénéficiaires actuels (environ 3,6 millions de foyers), ainsi que la « surprime » à la conversion des voitures pour les foyers modestes.

Mais « après discussion avec les parlementaires de la majorité, le gouvernement maintient l’ensemble des mesures annoncées par le Premier ministre en novembre », a finalement affirmé Matignon à l’AFP en fin de journée. En expliquant que « l’accompagnement de la transition écologique sera l’un des enjeux clefs du futur grand débat national. »

« On n’allait pas être compris, on a appris de nos erreurs et on a rapidement abandonné cette décision », a résumé un conseiller.

Après les premières mesures annoncées mi-novembre, le gouvernement a annoncé l’annulation de toute hausse des taxes sur l’énergie en 2019, ainsi qu’un bouquet de mesures en faveur du pouvoir d’achat pour plus de 10 milliards d’euros.

L’annonce, dans l’après-midi de mardi, que le gouvernement renonçait à une partie des premières mesures, avait suscité le courroux public du député LREM Matthieu Orphelin : « Renoncer à des mesures est « une VRAIE ERREUR. Et inaudible et incompréhensible dans la situation actuelle », avait-il twitté.

Interrogé par l’AFP après le revirement, ce proche de Nicolas Hulot a salué « une excellente nouvelle, car ce sont des mesures très adaptées pour accompagner les ménages dans la transition énergétique. Et d’ajouter : « C’est très bien que le dialogue entre le gouvernement et les parlementaires de la majorité soit fructueux ».

« Je donne, je reprends, et elle est où « l’écologie populaire » quand on revient sur l’élargissement du chèque énergie et les primes à la conversion !? », avait raillé de son côté le premier secrétaire du PS Olivier Faure, tandis que le porte-parole du PCF Ian Brossat dénonçait « une honte ».

Avec AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une maladie bactérienne liée à la chauve-souris étudiée en...

Des scientifiques mènent des investigations en Nouvelle-Calédonie sur une nouvelle maladie bactérienne soupçonnée d'être transmise par les chauves-souris, qui a touché entre 2012 et 2019 une quinzaine de personnes dont quatre sont mortes, a-t-on appris vendredi de source médicale.

Opération Résilience : l’A400M a quitté la Polynésie

Arrivé le 25 avril au fenua, l'A400M ATLAS est reparti dimanche 24 mai en direction de la métropole. L'avion était là dans le cadre de l’opération Résilience afin d’apporter un appui et un soutien aux services de l’État et du Pays pour faire face aux conséquences de la crise du Covid-19, mais également soutenir les Forces armées en Polynésie française (FAPF). dans leurs autres missions.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV