jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

Bangladesh : course pour sauver des tortues prises dans une marée géante de plastiques

Publié le

Une marée de déchets plastiques sans précédent à Cox's Bazar, au Bangladesh, a envahi l'une des plus longues plages du monde, déclenchant dimanche une course pour sauver des tortues marines, a-t-on appris auprès des autorités.

Publié le 12/07/2020 à 10:13 - Mise à jour le 12/07/2020 à 10:14
Lecture 2 minutes

Une marée de déchets plastiques sans précédent à Cox's Bazar, au Bangladesh, a envahi l'une des plus longues plages du monde, déclenchant dimanche une course pour sauver des tortues marines, a-t-on appris auprès des autorités.

Environ 50 tonnes de déchets plastiques se sont répandues sur une dizaine de kilomètres de cette plage longue au total de 120 km, sur le golfe du Bengale dans le Sud-Est du pays. C’est la première fois, selon le département bangladais des Forêts, qu’une telle quantité de plastiques est ramenée par la mer sur cette plage.

« Il s’agit d’un cas unique d’invasion de plastiques » et c’est « un signal de grand danger pour la biodiversité marine », a déclaré Moazzem Hossain, un responsable d’une organisation locale de défense de l’environnement, Save the Nature Bangladesh. La quantité annuelle de déchets produits par des navires et les pays environnants qui flotte dans le golfe du Bengale représente habituellement quelque 26 tonnes, selon lui.

Des habitants ont observé dès samedi soir des vagues transportant des bouteilles en plastique, filets de pêches et bouées. Dimanche matin, ils ont trouvé des carcasses de tortues sur le sable.

« Des centaines d’habitants se sont rués sur la plage depuis tôt ce matin pour sauver les tortues blessées » prisonnières des déchets, a déclaré à l’AFP un porte-parole du département des Forêts, Sohail Hossain. « Nous avons enterré les tortues mortes et tentons de remettre à l’eau celles qui ont été sauvées ».

Une tortue morte sur la plage de Cox’s Bazar, ce dimanche matin. (crédit photo : Suzauddin RUBEL / AFP)

Des bénévoles de Plastik Bank Bangladesh ont retrouvé et enterré une vingtaine de tortues olivâtres, une espèce classée vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

« Je n’ai jamais vu de ma vie autant de tortues mortes sur la plage ni autant de déchets plastiques flottant au bord », a déclaré à l’AFP un pêcheur, Jashim Uddin.

La plupart des tortues avaient au moins trente ans, a estimé un spécialiste bangalais de l’ONG Creative Coservation Alliance, Shahriar  Caesar Rahman. « Les tortues se font souvent piéger dans des masses de déchets énormes qui flottent dans la mer et finissent par mourir suffoquées. Cela semble avoir été le cas », a-t-il expliqué à l’AFP.

Les autorités locales ont indiqué qu’elles enquêtaient sur l’incident.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV