mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Vidéo – Papara Pro 2017 : plus de 150 participants cette année

Publié le

Publié le 12/03/2017 à 17:17 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:59
Lecture 2 minutes

Le soleil  et les vagues sont au rendez-vous ce lundi matin au spot de la Taharuu. Des spectateurs étrangers sont également venus encourager leurs athlètes. La Papara Pro 2017 accueille cette année beaucoup plus de compétiteurs hawaiiens que de surfeurs locaux. Tous devront se départager dans l’une des cinq épreuves programmées : la catégorie Papara pro junior boys, la catégorie Papara pro girls, la catégorie QS open men, la catégorie QS open women et le longboard « qui s’est intégré cette année » à la compétition, précise Sarah Pahape, du comité organisateur.
 
En ce lundi matin, ce sont les juniors hommes qui ont lancé les hostilités. Une entrée en matière difficile pour les représentants du fenua. « Il y a eu deux demi-finales. Une à quatre athlètes pour les hommes et une à deux pour les femmes. Malheureusement aucun de nos Tahitiens n’est arrivé à cette place » regrette Sarah Pahape. Mais rien n’est encore perdu pour nos ‘aito. Ils peuvent toujours se rattraper dans les autres épreuves. La semaine dernière, Heremoana Luciani a montré la voie en remportant la Rangiroa Surf Pro.
 
Après les juniors hommes, c’était au tour des juniors femmes de s’affronter. Cette année, elles sont quatre à défendre nos couleurs. Pour l’heure, Vahine Fierro est la seule représentante du fenua à faire partie du carré final.
 
En organisant la Papara Pro, le comité s’est fixé comme objectif  de « se faire connaitre à l’étranger et d’arriver au niveau de Michel Bourez. Ces compétitions sont faites pour connaitre leur niveau et leur potentiel pour pouvoir aller plus loin ».
 
Dans la catégorie QS, on retrouvera une vingtaine de Tahitiens tels que Steven Pierson, Tereva David ou encore Mihimana Braye et bien entendu Heremoana Luciani. Qui donc succédera à Dimitri Ouvré, vainqueur de la dernière Papara Pro ? Réponse ce samedi, si les conditions météo le permettent.
 

Rédaction Web avec Oriano Tefau et Brandy Tevero

Sarah Pahape du comité organisateur :

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Des collégiens participent à la mise en valeur du...

Contribuer à la préservation du marae Taputapuatea en aidant à le mettre en valeur, c’est le challenge relevé par des élèves d’une classe patrimoine du collège de Faaroa à Raiatea. L’espace d’une journée, élèves, professeurs, parents d’élèves et responsables du site, se sont donnés la main pour le toilettage de quelques plateformes. L’occasion pour certains de renouer avec le passé…

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV