lundi 10 mai 2021
A VOIR

|

Le premier Kid’s Athletics handisport a fait 70 heureux

Publié le

Le stade de la Punaruu était en ébullition, ce jeudi matin, grâce au premier Kid's Athletics handisport. Cet événement qui permet à des enfants handicapés mental ou moteur de s’épanouir physiquement et intellectuellement était très attendu par ces jeunes sportifs et leur entourage, qui ont particulièrement souffert des mesures restrictives dues à la crise de la Covid-19.

Publié le 22/04/2021 à 16:19 - Mise à jour le 23/04/2021 à 9:26
Lecture 2 minutes

Le stade de la Punaruu était en ébullition, ce jeudi matin, grâce au premier Kid's Athletics handisport. Cet événement qui permet à des enfants handicapés mental ou moteur de s’épanouir physiquement et intellectuellement était très attendu par ces jeunes sportifs et leur entourage, qui ont particulièrement souffert des mesures restrictives dues à la crise de la Covid-19.

70 enfants et adolescents en situation de handicap se sont donnés rendez-vous ce jeudi sur la piste d’athlétisme du stade de la Punaruu pour participer à la première édition des Kid’s Athletics handisport. Ces athlètes en herbe venus de différentes associations de Tahiti n’ont pas boudé leur plaisir de se challenger autour d’épreuves ludiques permettant une amélioration de la motricité.

« Aujourd’hui ça permet de renforcer toutes les valeurs bénéfiques des activités physiques adaptées, parce que ce sont des activités physiques qui s’adaptent au handicap des enfants, avec les éducateurs, le personnel accompagnant, qui favorisent leur réussite. Donc c’est que du bénéfique pour eux, sur le plan social, psychologique, bien-être physique et mental en général. Et après ce covid, ça fait du bien », souffle Jérémie Le Fort, cadre technique à la Fédération polynésienne des sports adaptés et handisports.

Impulsé par l’infatigable Titaua Morin de l’AS Punaruu et organisé par la Fédération polynésienne de sports adaptés et handisports et ses partenaires, cet événement a donc permis à ces enfants de retrouver le goût des activités physiques et culturelles, essentielles à leur développement. Car « ça a été assez frustrant de ne pas pouvoir envisager de sorties, qu’elles soient culturelles ou sportives, confie Fanny, une enseignante spécialisée. Donc à mon sens, cette ouverture sur les autres est indispensable. C’est une richesse sur tous les plans. »

Au-delà de l’aspect sociétal, il s’agissait bien d’une épreuve sportive qui permet, de temps à autre, de dénicher les futurs fers de lance du handisport de haut niveau. « C’est déjà arrivé qu’on détecte des pépites sur ce genre d’événement à but social. En 2011 par exemple, un jeune d’IIME, qui avait été détecté sur ce type d’événement, a participé aux Jeux du Pacifique en catégorie sports adaptés sur le 100 mètres course », indique Jérémie Le Fort.

Une perspective d’avenir très encourageante pour ces jeunes qui se reverront très prochainement pour de nouvelles joutes sportives.

infos coronavirus