fbpx
lundi 21 octobre 2019
A VOIR

|

Conflits en série, le monde du sport se déchire

Publié le

Publié le 06/06/2018 à 8:45 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:53
Lecture 3 minutes

Athlétisme, boxe, escrime, pétanque, rugby ou encore taekwondo : les peapea sont nombreux. Si le sport a d’abord une portée associative, les enjeux financiers y sont importants. Les subventions permettent aux clubs de disposer d’aides pour représenter le fenua à l’étranger.  

Anthony Pheu, directeur de la jeunesse et des sports au sein du gouvernement, explique :

« Une fois qu’on a l’agrément, la fédération peut demander une délégation de service public (DSP). Donc cette délégation de mission de service public, c’est le Pays qui la donne pour que cette fédération puisse délivrer des titres de champion de Polynésie, qu’elle puisse faire des sélections et qu’elle puisse représenter la Polynésie française à l’étranger. Les litiges qui peuvent apparaître au sein des fédérations sont essentiellement dus à une réglementation qui est un peu trop générique, qui n’est pas suffisamment précise. Aujourd’hui, on peut avoir deux fédérations qui sont agrées pour la même discipline mais une seule peut avoir la DSP. Ça créé forcément des tensions… »
 

C’est le cas du Taekwondo. Cette discipline regorge de talentueux combattants. Avec une médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Londres, un titre de champion du monde universitaire ou encore des moissons de médailles à chaque déplacement : le fenua est reconnu au niveau mondial.

Pourtant. Depuis quelques temps, ce sport est en pleine zone de turbulences. A la fin du mois de mai, la Fédération tahitienne de taekwondo et disciplines associées (FTTDA), qui existe depuis 1975, a perdu son agrément. Elle ne dispose plus de la délégation de service public. Anthony Pheu détaille :

« Il y a eu des irrégularités dans la révocation et dans les élections. Nous avons convoqué plusieurs fois les deux parties en présence pour trouver un terrain d’entente, ce qui n’a pas eu lieu. De la même manière, est rentrée dans la boucle, une troisième entité, qui est la Ligue. Elle souhaite devenir une fédération de manière à recevoir l’agrément. Cela nous fait trois fédérations aujourd’hui qui pourraient demander l’agrément au Pays et ensuite la DSP. »

Problème : la FTTDA prépare depuis plusieurs mois l’accueil des Océanias de taekwondo à Tahiti les 2 et 3 août. Un rendez-vous qui réunit nos voisins du Pacifique dont la Nouvelle-Zélande et l’Australie, des nations bien cotées au classement mondial. Une telle organisation serait une première au fenua.

Mais sans cette délégation de service public, aucune des entités ne peut représenter la Polynésie française aux compétitions internationales. Un coup dur pour les athlètes. La dernière fédération délégataire appelle à l’unité.

Pour que ces dissensions n’empêchent pas le déroulement des Océanias, le pays va mettre en place une commission ad hoc. 

Le directeur de la jeunesse et des sport précise :

« C’est une commission qui va prendre deux personnes reconnues dans le domaine du taekwondo dans chaque partie. C’est le Pays qui va arbitrer les décisions qui se prendront au sein de cette commission. L’idée c’est de pouvoir réussir à organiser ces deux événements : président Cup et les Océanias. L’idée c’est que l’ensemble des combattants qui le méritent puissent y participer. »

Ces conflits internes gangrènent tout le mouvement sportif. L’an dernier, le Pays et les fédérations ont boycotté les mini-jeux du Pacifique au Vanuatu. Conséquence : le Conseil des Jeux du Pacifique a suspendu le COPF, le comité olympique de la Polynésie française « en raison d’ingérence du gouvernement polynésien dans l’autonomie et l’indépendance des associations sportives. »

Reste aux instances sportives de s’unir pour l’intérêt général. En attendant, le sort des sélections tahitiennes aux 16èmes Jeux du Pacifique aux Samoa en juillet 2019 est encore incertain.

Oriano Tefau

 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Loma Spitz, grande dame de la chanson est décédée

Le monde de la musique polynésienne de la "belle époque" est en deuil. Loma, qui a formé avec sa soeur Mila, le duo célèbre des années 60 "Loma et Mila" est décédée aujourd'hui à l'âge de 80 ans des suites d'une longue maladie.

Papeete international Sevens : Rapa Nui vainqueur chez les...

Les joueurs de Rapa Nui se sont imposés devant le RC Pirae pour la 3e édition de l'événement Papeete international Sevens. Chez les femmes, les Rugby Hine l'emportent face aux représentantes de l'île de Pâques.

Don d’organes : “Donneur ou pas, l’important est de...

Les associations Un don de vie et Donneurs de sang de Polynésie ont organisé samedi une journée de sensibilisation pour encourager le don d’organes. Carine Domelier, membre de l’association Un don de vie, explique que, "donneur ou pas, l’important est de le dire à ses proches".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X