dimanche 26 septembre 2021
A VOIR

|

3 Tahitiens en route pour le Championnat de France de bras de fer

Publié le

Jeudi soir, les trois 'aito se sont envolés pour la Métropole. Eriatara Ratia, Tauraatea Teua et le vice-champion de France Tepa Teuru disputeront le championnat national de bras de fer à Drape, près de Nice, le 31 juillet prochain. Au total, 90 compétiteurs toutes catégories confondues se sont engagés.

Publié le 23/07/2021 à 15:11 - Mise à jour le 23/07/2021 à 15:11
Lecture 2 minutes

Jeudi soir, les trois 'aito se sont envolés pour la Métropole. Eriatara Ratia, Tauraatea Teua et le vice-champion de France Tepa Teuru disputeront le championnat national de bras de fer à Drape, près de Nice, le 31 juillet prochain. Au total, 90 compétiteurs toutes catégories confondues se sont engagés.

Avant de partir, place à l’ultime entraînement. Il faut revoir les combinaisons et les derniers réglages. Après plusieurs mois de sparing sur table et de longues heures de musculation, la tension est palpable mais la team est confiante.

“Je suis très serein et confiant. Ils ont fait le nécessaire et se sont entraînés dur”, confie avec fierté David Proia, président de la commission sportive de bras de fer. “Ils ne partent pas pour faire de la figuration, ils partent pour donner le meilleur d’eux-mêmes et on est de tout coeur avec eux”.

“J’y vais tranquille. Je suis accompagné du coup le stress est plus réparti dans toute l’équipe. Mais on est plutôt excité, on a hâte d’y être”, admet Tepa.

Cela fait 2 ans que les trois compétiteurs préparent ce rendez-vous. Tepa est le vice-champion en titre, il en profite pour partager son expérience avec ses camarades. “Le truc, c’est de monter sur la table et de presser” explique-t-il à Eriatara et Tauraatea.

“Avant, j’allais tout le temps dans la même technique avec du top roll, c’est-à-dire partir vers l’extérieur. Mais là, j’ai pu mieux m’entraîner et mieux m’endurcir dans différentes positions, voir selon l’adversaire quelle technique est la mieux pour pouvoir le battre”, explique Tepa.

Quant à Tauraatea, son objectif, “c’est d’être sur le podium. C’est pour la jeunesse d’ici, pour les tirer un peu vers ce sport. Parce que beaucoup craignent ce sport mais on va essayer de le développer”.

“La stratégie en France, c’est de prendre le dessus sur l’adversaire, essayer de tirer au départ et d’assurer l’attaque”, indique de son côté Eriatara.

Lui et Tauraatea concourent dans la catégorie des plus de 110 kg, Tepa dans celle des moins de 100 kg. Le niveau est élevé avec la participation de l’ancien champion de France et 4e mondial, Emerik Pradine, qui concourt dans la même catégorie que Tepa. Mais les trois Polynésiens comptent bien porter haut les couleurs du fenua…

Rédigé par

infos coronavirus