jeudi 17 juin 2021
A VOIR

|

Vidéo – Mike Gantelme propose un nouveau style de tatouages

Publié le

Publié le 12/05/2018 à 14:15 - Mise à jour le 12/05/2018 à 14:15
Lecture 2 minutes

C’est un trio qui s’enrichit du savoir-faire de chacun. Dans leur boutique, Mike et Laure Gantelme, accompagné de Teata Vauche, ont recréé leur univers de métropole pour proposer un nouveau regard sur le tatouage en Polynésie entre réalisme et personnes colorés. Des styles peu communs au fenua. Laura Gantelme explique :

« Le tatouage est venu assez rapidement parce que l’art s’est imposé, le dessin s’est imposé et le fait de pouvoir mixer ses deux univers là m’a vraiment intéressée. Ce sont des dessins que je fais moi-même, dans des univers qui ont en général toujours un rapport avec le cinéma, avec la bande-dessinée, avec un petit peu tout et surtout le manga. »

Du bout de l’aiguille, Mike Gantelme marque dans la peau de ses clients. L’artiste a 17 ans d’expérience derrière lui. Les portraits réalistes ont fait sa réputation. Ils nécessitent précision et minutie pour dévoiler une œuvre à l’apparence d’une photo. Le tatoueur précise :

 « Il faut beaucoup de contrastes, beaucoup de matière, après c’est quelque chose que tu apprends au fur et à mesure… »

Le couple s’est entouré de Teata Vauche, un artiste cosmopolite qui aime mêler les différentes cultures. Son leitmotiv : s’inspirer du traditionnel pour moderniser le tatouage. L’enfant du Pays maitrise parfaitement les motifs polynésiens, et s’adonne aussi au style réaliste ou japonais. Il indique :

« Je prends une légende polynésienne mais que je vais illustrer à la manière japonaise… »

Dans l’univers de ces trois artistes se mêlent un regard attentif sur le monde qui les entoure. Grâce à leur technique, les trois artistes comptent proposer des créations nouvelles inspirées de la culture polynésienne pour habiller les peaux des passionnés de tatouage.
 

Rédaction web avec Thomas Chabrol 

Le reportage de Thomas Chabrol

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.