mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Vidéo – Les habitants de Mataiea s’unissent contre le projet d’île flottante

Publié le

Publié le 01/02/2018 à 15:01 - Mise à jour le 01/02/2018 à 15:01
Lecture 2 minutes

La population de Mataiea est contre le projet d’île flottante et le fait savoir. Jeudi soir, Marc Collins, un des cinq associés de Blue Frontiers, la société à l’origine du projet, était l’invité de Tahiti Nui Télévision. Il a assuré que rien n’était encore décidé et que la population serait consultée en temps voulu. 

Au même moment à Mataiea, une réunion se préparait initiée par l’association No t’ou here ia Mataiea.

Sam Amaru était présent. Il est l’auteur d’une vidéo publiée le 30 janvier sur Facebook. Dans cette vidéo, il interpelle le gouvernement. Faisant un parallèle avec les essais nucléaires qu’Edouard Fritch aurait laissé faire, il critique le projet d’île flottante. Sa vidéo a été vue plus de 76 000 fois. “J’ai des messages du Quebec, de Toulouse etc. Du monde entier”, raconte-t-il au micro de Tahiti Nui Télévision. 

L’habitant de Mataiea a même reçu plusieurs réponses d’une Colombienne qui se présente comme investisseur dans le projet d’île flottante. Mais les membres de Blue Frontiers ont beau essayer de calmer le jeu, la population reste sur ses positions. 
Sam Amaru dit s’être “informé”. Pour lui, l’argument de la montée des eaux n’est pas valable “La population n’aura pas accès parce que c’est cher. Les arguments remplis de mensonges, je n’en veux plus”. 

Il y a moins d’un mois maintenant, un collectif de pêcheurs ont constitué une association, No to’u here ia Mataiea… Ils craignent de ne plus pouvoir pêcher et subvenir à leurs besoins… “Ici à Mataiea, notre maire fait des projets sans nous prévenir. On n’est pas contre les projets, mais le problème c’est qu’il ne nous informe pas. C’est après qu’on sait qu’il y a un projet”, explique son président, Antoine Matetei. Aujourd’hui, c’est le projet d’île flottante qui est dans son viseur : “ils n’ont qu’à le faire à Moruroa !” lance-t-il. 

Le maire de Teva i uta a demandé à ce que ce projet soit d’abord mis en concertation au sein du conseil municipal, avant d’être présenté à sa population.

A l’issue de la réunion, jeudi soir, une pétition a été rédigée pour contrer ce projet d’île flottante sur le site d’Atimaono. Une manifestation pacifique est également en préparation pour le week end prochain.
Quoiqu’il en soit, pour le Pays il n’y a pour l’instant aucun projet en route…

Rédaction web avec Davidson Bennett 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.